• Taille du texte
  • Contraste
  • 24.05.2018
  • 0

L'Europe en marche ? Stop ? Ou encore ?

Les commentateurs européens ne sont pas sereins. Une certaine inquiétude est même lisible dans les colonnes des grands quotidiens de la zone euro. Pourtant, la croissance confirme son retour, le chômage baisse presque partout, oui, mais voilà, les affaires politiques intérieures suscitent un certain scepticisme. L'Europe n’en a pas encore terminé avec l’épineux dossier du BREXIT, le front diplomatique face à la brutalité des récentes décisions américaines n’est pas uni, et c’est aujourd’hui l’Italie qui focalise l’anxiété du vieux continent. La coalition antisystème qui se met en place à Rome n'a en effet pas caché ses intentions de pratiquer une politique de relance en laissant déraper son déficit et sa dette publique, déjà très importants. Les mises en garde se multiplient donc en Europe.

Le président italien, Sergio Mattarella, a chargé mercredi Giuseppe Conte de former le prochain gouvernement, après 80 jours de tractations à la suite des élections législatives. À Bruxelles, le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a appelé le pays à apporter «une réponse crédible» sur sa dette publique, la deuxième plus élevée de la zone euro après celle de la Grèce. Depuis quelques jours déjà, les avertissements se multiplient de la part des dirigeants européens et les marchés financiers s'inquiètent des projets des vainqueurs des élections législatives du 4 mars. Que redoutent-ils ? Pourquoi ces avertissements ? C’est le Figaro Economie qui tente d’apporter des éléments de réponse : « La coalition portée au pouvoir en Italie, composée du Mouvement 5 étoiles, un parti antisystème, et de la Ligue, un parti d'extrême droite, propose un programme qui apparaît très coûteux.

Baisses drastiques d'impôts, instauration d'un revenu de citoyenneté, abaissement de l'âge de départ à la retraite alors que l'Italie est le deuxième pays le plus vieux du monde... Mais aussi d'autres dépenses publiques comme la construction de prisons ou l'augmentation des effectifs de policiers. Les deux partis s'engagent aussi à sauver et à relancer Alitalia, estimant que l'Italie a besoin d'une compagnie aérienne nationale. Ils remettent également en cause le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin. Un renoncement qui pourrait coûter plus de 800 millions d'euros, soit le montant des aides européennes déjà touchées pour ce projet». « Vastes sujets », commentait un bloggeur économiste italien.

Les effets d’annonce sont nombreux mais une question reste posée : «On ne sait pas trop comment ils vont financer tout ça. Mais au total, ce programme de relance - plus de dépenses et moins d'impôts - est estimé à plus 100 milliards d'euros. Soit l'équivalent de 5 points de son produit intérieur brut» (PIB), calcule Céline Antonin, économiste à l'OFCE et spécialiste de la zone euro. «Après, c'est ce qui est affiché. Ce n'est pas forcément ce qui va arriver. Mais cette relâche en matière budgétaire inquiète les partenaires européens et les marchés financiers», explique-t-elle. Et Éric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG School of management, de préciser : «Ce pays est particulièrement exposé au risque de solvabilité publique», poursuit l'expert. Le programme étant très dépensier, la dette risque d'exploser et le déficit public de se creuser. Un observatoire des comptes publics de l'Italie a calculé que le projet de coalition ferait passer le déficit public italien de 108,7 à 125,7 milliards d'euros par an. Soit une augmentation du déficit public de 6% à 6,9% du PIB.

Ce scénario effraye les marchés financiers, qui redoutent que l'Italie soit, à terme, incapable de rembourser sa dette. Leurs inquiétudes se sont manifestées ces derniers jours par une hausse du coût des emprunts du gouvernement italien pour financer ses déficits. Et c’est à nouveau une crise de la zone euro qui occupe les esprits. Sans aucun doute, l’Europe, sa cohésion économique, sa capacité à relever de nouveaux défis, voilà l’agenda des prochains mois… 

Christian Moguérou 

Dans la même chaîne thématique