• Taille du texte
  • Contraste
  • 16.06.2017
  • 0

Amundi et le Groupe RH & M lancent, avec le concours d’Audirep, le 1er baromètre consacré à la politique de rémunération et d’avantages sociaux des Entreprises de Taille Intermédiaire françaises (ETI)

Amundi, n°1 de l’épargne salariale et retraite en France avec plus de 51,4 milliards d’euros d’encours gérés1     lance, en partenariat avec le Groupe RH&M, créateur d’un réseau d’activités dédié à plus de 900 entreprises, le premier baromètre consacré à la politique de rémunération et d’avantages sociaux des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI).

5942e20d201621d8418b4594.jpeg

 Réalisée avec le concours d’AUDIREP2 auprès de plus de 150 ETI3 principalement du secteur tertiaire ou industriel, l’étude montre que les dispositifs d’épargne salariale sont désormais largement répandus, y compris en ce qui concerne la retraite. L’enquête souligne également que le digital est de plus en plus plébiscité par les ETI comme un moyen de moderniser et de dynamiser leur communication sur ce sujet auprès des collaborateurs.

Jouant un rôle significatif dans l’économie (entreprise de culture familiale, entreprise de croissance…), une ETI, catégorie d'entreprises intermédiaire entre les PME et les grandes entreprises, est, selon l’Insee, une entreprise qui emploie entre 250 et 4999 salariés et réalise un chiffre d'affaires n'excédant pas 1,5 Md€. Ce 1er baromètre a pour ambition de mesurer régulièrement – une fois par an -  l’évolution des pratiques de rémunération et d’avantages sociaux (Compensation & Benefits) et leur rôle dans le développement des ETI. 156 entreprises ont participé à cette première édition, dont 82% affichant moins 3 000 salariés, 90% sont issues du secteur tertiaire ou de l’industrie, et 80% des répondants étaient des responsables Ressources Humaines (RH) ou Compensation & Benefits (C&B).

 

88% des ETI proposent en moyenne plus de 4 dispositifs d’Epargne Salariale & Retraite (ESR)

Premier constat de cette étude : l’épargne salariale est aujourd’hui largement développée. Si seuls les accords de participation sont obligatoires dans les entreprises d’au moins 50 salariés, 88% des ETI proposent en moyenne 4,1 dispositifs d’épargne salariale avec en tête la participation, puis le Plan d’Epargne Entreprise (PEE), l’intéressement, le PERCO (Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif), l’abondement, l’actionnariat salarié et l’article 83.

La motivation et la fidélisation des collaborateurs étant les principaux objectifs avancés par les entreprises dans la mise en place d’une politique de rémunération et d’avantages sociaux, l’intéressement est jugé comme étant  le dispositif le plus stimulant pour 87% des salariés devant la participation (76%) et la mise à disposition d’un PEE (40%). Les dispositifs ESR sont également un outil attractif pour les nouveaux talents au sein des ETI et même un point d’attention significatif pour 35% des plus de 45 ans.

 

Le PERCO, dispositif retraite présent au sein d’une ETI sur deux

Si le Plan d’Epargne Entreprise (PEE) est présent dans 78% des entreprises, l’épargne retraite devient de plus en plus présente : le PERCO est ainsi proposé dans près de la moitié d’entre elles tandis que 36% sont équipées d’un « Article 83 » (ou Plan Epargne Retraite Entreprise, PERE).

Les mesures de la loi Macron4 telles que l’affectation par défaut dans la gestion pilotée du PERCO, la possibilité de transférer 10 jours de congés payés dans le PERCO ou l’affectation par défaut de l’intéressement, incitent la mise en place prochaine d’un PERCO pour 13% des ETI, ce qui le place en tête des projets de création de dispositifs devant l’instauration de la passerelle CET-PERCO (12%). Mieux, 42% des entreprises déclarent privilégier le PERCO dans leur politique d’abondement.

 

L’actionnariat salarié, un dispositif qui s’étend progressivement

Très répandu au sein des grandes entreprises, plus d’un tiers des ETI interrogées offrent actuellement de l’actionnariat salarié et 5% comptent en proposer prochainement.

Principalement établi pour fidéliser (selon 39% des ETI), motiver et renforcer la culture d’entreprise auprès des salariés, le dispositif se matérialise par l’attribution d’actions gratuites chez 56% des ETI interrogées ayant mis en place un actionnariat salarié, la possibilité d’acquérir des actions de l’entreprise en direct (pour 42%) ou via le FCPE d’actionnariat (pour 38%).

 

Plus de 2/3 des ETI axent leur politique RH sous un angle digital

Si la communication autour des dispositifs C&B proposés et de leurs avantages reste souvent limitée aux obligations réglementaires, soit une fois par an, le PERCO se distingue avec plus de 37% des ETI qui communiquent 2 fois ou plus par an auprès des salariés. Les 3 vecteurs de communication phares sont l’intranet de l’entreprise (chez 56% des ETI), l’email (55%) et la brochure interne (45%). L’intéressement et la passerelle CET/PERCO (possibilité de monétiser les jours de repos cumulés dans le Compte Epargne Temps au sein du PERCO) sont les prochains axes de la communication RH pour plus d’une ETI sur 2 pour 2017/2018.

De plus, le digital est perçu comme un moyen de communication renforcée pour 65% d’entre elles, la plupart y voyant un outil efficace de modernisation managériale et un bon moyen pour développer la culture d’entreprise. Sur le podium des outils digitaux privilégiés : la mise en place de MOOC (massive open online course) dans le cadre de la formation arrive en tête du développement digital selon 69% des ETI, l’intranet dédié RH (63%), le coffre-fort électronique (56%) et la fourniture d’outils nomades aux salariés comme le téléphone, tablette, ordinateur portable ( 54%).  

« Ce nouveau baromètre vient conforter deux convictions fortes qui sont au cœur de nos actions, indique Xavier Collot, Directeur de la Ligne métier Epargne Salariale et Retraite d’Amundi. La première, c’est que l‘Epargne salariale est devenue un pilier de la politique d‘avantages sociaux des ETI. La seconde c’est que son développement nécessite un accompagnement particulier pour tenir compte des spécificités et de la diversité des enjeux propres aux ETI ».

 

L’intégralité de l’enquête est disponible sur simple demande auprès du service de presse.

 

1 Source AFG , données au 31/12/2016

2 Audirep est une société d’études marketing indépendante et multi-spécialiste

3 Enquête réalisée entre le 10 mars et 4 mai 2017 par internet auprès de 156 directeurs généraux, responsables des ressources humaines et les Compensation et Benefits Managers (C&B) d’ETI.

4 Loi 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite “loi Macron”.

 

Contact presse:

 

Amundi

Sonia Kobiela – Tél. 01.76.33.79.56 – sonia.kobiela@amundi.com

Dans la même chaîne thématique