• Taille du texte
  • Contraste

Perte d'autonomie : une lueur d'espoir pour les aidants ?

 

D’après un sondage OpinionWay pour l’Observatoire de la santé, la moitié des Français déclare s'occuper ou s'être déjà occupée d'un proche en perte d'autonomie. Or, face au vieillissement croissant de la population (à l’horizon 2060, près d’un Français sur trois aura plus de 60 ans, d’après les projections de l’Insee), la question des aidants devient une problématique de santé publique. 31 % d’entre eux affirment en effet délaisser leur propre santé à cause de leur rôle. Un plan de « mobilisation et de soutien des proches aidants » vient d’être dévoilé par le gouvernement, le 23 octobre dernier. Des entreprises mécènes se sont déjà mobilisées sur ce sujet. Parmi elles, Crédit Agricole Assurances fait figure de référence. Elle fêtera l’année prochaine les 10 ans de son appel à projets en faveur des associations qui œuvrent pour les aidants. 

Qu'est-ce qu'un aidant ?

Potentiellement, tout le monde. Par définition, c’est une personne qui vient en aide de manière régulière, à titre non professionnel, pour accomplir une partie ou la totalité des actes de la vie quotidienne d’une personne en perte d’autonomie, du fait de l’âge, de la maladie ou d’un handicap.
Les tâches effectuées sont très variées et parfois très lourdes :  prodiguer des soins, faire la toilette, les courses, le ménage, prendre les rendez-vous médicaux ou encore effectuer les démarches administratives ou gérer le placement du proche dans un centre de soins, une maison de retraite.
Parmi les difficultés rencontrées : trouver de l’aide. 73 % des aidants déclarent ne pas connaître les aides et des ressources mis à leur disposition, qu’il s’agisse d’aides financières, humaines ou techniques (1).

Concilier l’inconciliable

Bien souvent un aidant a également une activité professionnelle. Concilier travail et aide familiale peut devenir alors un vrai parcours du combattant. Pour 33%, la situation d’aidant a un impact négatif sur la vie professionnelle et 58% déclarent avoir du mal à concilier travail et obligations familiales1.

 

1 Enquête Macif – Unaf : « Etre aidant et travailler auprès de 371 salariés aidants sur la période entre février et juillet 2015.

 

10 ans d'engagement

L’appel à projets

En tant qu’assureur responsable lié aux problématiques du bien vieillir, de la santé et de la dépendance, CAA s’est intéressé tout naturellement à la cause des aidants. Cela a commencé par un appel à projet national qui a vu le jour il y a maintenant 10 ans. Il concerne toutes les structures d’intérêt général: associations, fondations, organismes publics, … qui ont besoin de financer une action en faveur des aidants.

Les projets sont extrêmement variés : actions de formation proposées aux entreprises, ateliers collectifs d’information destinés aux aidants afin de favoriser le partage et de diminuer leur isolement, application mobile de psychoéducation pour les aidants dont le proche est suivi en psychiatrie, …  

CAA reçoit près de 200 dossiers chaque année grâce notamment au soutien des Caisses régionales du Crédit Agricole dans la communication et la diffusion de cet appel à projets. Elles sont de véritables créateurs de lien et participent à faire connaître la richesse des actions et la variété des projets sur leur territoire.

Un cabinet spécialisé en présélectionne une trentaine qui sont ensuite étudiés par un jury de sélection mixte, composé de personnalisés du groupe Crédit Agricole et d’experts issus de la société civile (gérontologue, sociologue, CNSA…). Un équilibre nécessaire pour juger de la pertinence des projets sous tous les aspects.

En 2018, CAA a fait le choix de recentrer l’appel à projets autour trois thématiques identifiées comme clé au fil des années : les jeunes aidants, la prévention au service de la santé des aidants, les aidants et l’emploi.

Jusqu’à aujourd’hui, cet appel à projets a permis de soutenir plus de 150 organismes pour une dotation globale de près de 2,5 millions d’euros.

 

Cette année, Nexecur Assistance, spécialiste du groupe Crédit Agricole en téléassistance, a lancé un guide à l’intention des aidants : informations pratiques sur les organismes et les professionnels de santé, aides financières… Avec plus de  11 025  abonnés, Nexecur Assistance propose des services pour soulager le quotidien des familles en assurant la sécurité de leur proche 24h/24 à domicile ou à l’extérieur.

 

 

Etre à l'écoute de ses propres salariés aidants

CAA a souhaité porté la même attention à ses collaborateurs en mettant en place de bonnes pratiques pour accompagner ceux qui sont aidants. Des accords ont été signés. Ils sont composés de 4 grandes thématiques: Ces accords ont été récompensés par le "Prix Entreprise & Salariés Aidants" placé sous le patronage de Marisol Touraine. CAA a ainsi reçu le prix du meilleur aménagement des conditions de travail pour ses collaborateurs aidants.

Ils prévoient les mesures d’accompagnement suivantes

• Une assistante sociale est à la disposition des collaborateurs aidants pour les conseiller de manière personnalisée et confidentielle sur l’ensemble des démarches à accomplir pour faciliter leur quotidien. C’est leur interlocuteur privilégié sur ce sujet. Crédit Agricole Assurances met également à la disposition de ses salariés et de leur conjoint le service d’information et d’accompagnement Responsage. Dans le cadre de cette prestation, chaque aidant salarié peut contacter un conseiller qui, sous 72h, apportera une réponse personnalisée et confidentielle à sa demande. Responsage est un service gratuit et confidentiel. Par ailleurs les collaborateurs ont également accès à une plateforme de soutien psychologique

• En complément des congés prévus par les dispositions légales et conventionnelles, les collaborateurs peuvent bénéficier d’un congé spécifique financé par un dispositif solidaire de don par les collaborateurs et abondé par l’entreprise.

• Crédit Agricole Assurances contribue au financement d’une offre Chèque emploi service universel (CESU) qui permet aux salariés aidants de bénéficier d’une aide pour régler des prestations de services à la personne.

• Pour sensibiliser les salariés aidants aux risques médicaux liés à leur situation (stress, épuisement, isolement), Crédit Agricole Assurances a créé un guide de prévention de la santé des aidants et formera les collaborateurs concernés (assistantes sociales, etc.) sur les enjeux de la prévention des risques pour leur santé.

 

 
 

 

WebPetitaidant

 

S'engager au travers des offres

Le contrat dépendance Vers l’Autonomie est une assurance complète qui couvre à la fois la dépendance lourde et la dépendance partielle afin de répondre à l’ensemble des attentes de ses clients en cas de perte d’autonomie. Outre le versement d’une rente mensuelle, ainsi que le versement d’un capital en cas de dépendance avérée, les prestations d’assistance permettent aux aidants de trouver du soutien : répit de l’aidant, audit de l’habitat, aide aux démarches administratives, suivi par une assistante sociale, aide au placement en maison de retraite…

La rubrique « nos conseils » du site Crédit Agricole apporte des réponses aux questions liées à l’accompagnement d’une personne dépendante. Les maladies liées à la perte d’autonomie, les aides existantes ou encore le rôle de l’aidant sont abordés à travers des paroles d’experts notamment.

La Fédération Française de l’Assurance a décerné le label « GAD Assurance dépendance » au contrat Vers l’Autonomie. Il est commercialisé par les conseillers des Caisses régionales du Crédit Agricole.

 

 

WebPetitaidant2

 

Les pouvoirs publics s’emparent du sujet

Le 25 avril dernier, lors de la Conférence de presse donnée à l’issue du grand débat national, le président de la République Emmanuel Macron avait exprimé publiquement la nécessité de « reconnaître » les aidants, et de leur « bâtir une place dans les politiques publiques ».

Aussi, un plan de « mobilisation et de soutien des proches aidants » at-il été présenté par le gouvernement le 23 octobre.

Inspiré des travaux de parlementaires de la majorité et reflet des attentes des associations qui agissent pour les aidants, ce plan comporte six « priorités » assorties d’une enveloppe de 400 millions d’euros sur la période 2020-2022.

L’un des dispositifs les plus importants du plan prévoit l’indemnisation du congé que prendra un salarié qui interrompt son activité professionnelle pour s’occuper d’une personne handicapée ou âgée. Il sera indemnisé à hauteur de 43 euros par jour s’il vit en couple et 52 euros s’il est seul. Cette indemnisation, qui devrait coûter 100 millions d’euros par an à partir de 2022, ne pourra être versée que pour trois mois sur toute la durée d’une carrière professionnelle.

Le plan du gouvernement prévoit le « renforcement et la diversification des solutions de répit » en y consacrant 105 millions d’euros. L’objectif est de doubler d’ici à 2022 la capacité d’accueil temporaires des personnes handicapées ou âgées et de doubler le nombre d’aidants soutenus. Leur nombre augmenterait ainsi de 450 000 en trois ans.

Le gouvernement veut aussi trouver des volontaires auprès des jeunes en service civique ou en service national universel. L’idée est d’utiliser tous les leviers pour créer un réflexe “proches aidants” dans toute la société.

Le plan jette également un coup de projecteur sur les quelque 500 000 jeunes aidants qui s’occupent de leur parent, frère ou sœur handicapé(e) ou gravement malade. Il est notamment prévu des actions pour former les personnels de l’éducation nationale à « repérer et orienter les jeunes aidants » et à les inciter à aménager leur temps scolaire (études et examens).

Le gouvernement compte par ailleurs mettre en place un numéro de téléphone unique et créer une plate-forme numérique qui recensera toutes les initiatives sur les différents territoires.

Enfin, un « comité de suivi » présidé par Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, et Sophie Cluzel, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées, se réunira tous les six mois pour vérifier l’impact des mesures.

 

Sources : le Monde

Dans la même chaîne thématique