• Taille du texte
  • Contraste

Notre-Dame : un an après l'incendie

Victime collatérale de l'épidémie qui a confiné plus de la moitié de la planète en mars dernier, le « chantier du siècle » a été stoppé brutalement. Il célèbre donc son 1er anniversaire dans un silence religieux, alors que l'on aimerait entendre scier, souder et frotter pour se rassurer sur le respect du calendrier annoncé par le Chef de l'Etat.

Le monument le plus visité d'Europe rouvrira-t-il ses portes au public en 2024 ? Le point sur l'état d'avancement des travaux et les chances de sauvetage du joyau gothique de la France.

Une cathédrale encore en urgence absolue ?

La restauration à proprement parler ne démarrera qu'en 2021. Pour l'heure, il est encore question de sécuriser l'édifice et de déblayer les décombres (qui sont en l'occurrence pour la plupart considérés comme « vestiges », compte tenu de leur prestigieuse provenance et de leur ancienneté, et qui doivent donc être minutieusement répertoriés et classés).

 

 

Cintre_PS

Cintre en bois positionné sous un arc-boutant afin de le consolider (photo 15 avril 2020)

 

 

Lorsque le confinement a été instauré, le démontage des 10 000 tubes de l'échafaudage tordus et soudés par le feu était imminent. Des cordistes, appelés "écureuils", étaient prêts à descendre scier les pièces. Cette opération délicate de quatre mois, "chantier dans le chantier", est donc interrompue, mais le général Georgelin, qui préside l'Etablissement public de Notre-Dame, étudie la possibilité de la faire reprendre partiellement, progressivement et de manière ciblée.
Si, par ailleurs, des robots ont déblayé la nef, il faudra encore retirer les débris au-dessus de l'immense voûte. Des opérations qui s'achèveront en principe à l'été, tandis que le démontage et le dépoussiérage du grand orgue sera effectué d'ici 2024.

 

 

Abs_PS

La structure métallique de 250 tonnes pèse toujours sur les voûtes de la cathédrale. Mais trois séries de poutres de 28 mètres de long viennent désormais cercler l'ensemble pour empêcher que l'échafaudage ne s'écarte ou ne se referme sur lui-même, car la structure est attirée vers le creux qu'a créé la flèche en s'effondrant. Ces nouvelles structures reposent sur un plancher construit à 40 mètres de haut (photo 15 avril 2020).

 

 

Il faudra également procéder à l'installation d'un parapluie définitif.

Mais les 12 mois écoulés, bien que ponctués d'événements de nature à ralentir les travaux (pollution au plomb, vents forts à l'automne…), ont déjà permis de sérieusement consolider l'édifice : parmi les opérations les plus spectaculaires, la pose de cintres en bois sous les arcs-boutants, à la fois pour les consolider et éviter une pression trop forte sur l'édifice que la charpente et la toiture permettaient d'équilibrer.

 

 

echafaudage_PS

Il y a un an, les flammes ont soudé et tordu près de 10 000 tubes de métal (photo 15 avril 2020).

 

 

S'il est encore trop tôt pour affirmer que la cathédrale est hors de danger, il est encourageant de noter, d'une part, que tous ses trésors ont été sauvés et, d'autre part, que les capteurs - chargés partout d'identifier le moindre mouvement éventuel – ne détectent rien d'anormal. "Ça ne bouge pas", rassure un spécialiste sur le terrain.

 

 

ND15webPS

 

 

----------------------------------

» Consulter les autres articles de ce dossier :

Dans la même chaîne thématique