Pour une meilleure expérience de navigation et bénéficier de l'ensemble des fonctionnalités de credit-agricole.com, nous vous conseillons d'utiliser le navigateur Edge.
  • Taille du texte
  • Contraste
Il y a 20 ans, les pièces et billets en euros entraient en circulation et nous abandonnions le franc. Concernant 12 Etats-membres de l’Union européenne, cette opération est le plus important changement de monnaie de tous les temps. Cette bascule n’est cependant que la dernière étape d’un long processus qui, au Crédit Agricole, a commencé dès 1995. La création de la monnaie unique a quant à elle suivi un parcours plus long encore.

Une longue préparation en amont

Le système monétaire européen (SME) mis en place en 1979 est une des 1ères étapes concrètes de la création de la monnaie unique : à partir de cette date, les monnaies européennes ne peuvent plus varier les unes par rapport aux autres que dans certaines limites définies. La conséquence est une plus grande stabilité des devises et de l’inflation. C’est de cette époque que date l’ECU (european currency unit) qui, étant un « panier de valeurs », préfigure l’euro. Le traité de Maastricht, qui entre en vigueur le 1er novembre 1993, prévoit quant à lui la libre circulation des capitaux, la convergence des économies européennes et la création d’une monnaie unique en 1997 ou, au plus tard, en 1999 avec le gel des parités des monnaies nationales. En 1996, le nom ECU est abandonné au profit de l’euro.

C’est dans ce contexte qu’est mise en place en 1995 au Crédit Agricole l’entité Eurocam, pour préparer les différentes bascules. Celle-ci est pilotée par Robert Boursault, directeur des opérations et services bancaires de la Caisse nationale. Il est accompagné de Pascale Valent, responsable de la Mission monnaie unique. Cette structure a trois missions : piloter le passage à l’euro du groupe Crédit Agricole dans son ensemble ; représenter le Crédit Agricole et participer aux travaux des instances de place ; informer, communiquer et promouvoir le projet au sein du Crédit Agricole. La Mission monnaie unique met en place 14 filières, soit par activité, soit par entité, et un correspondant est nommé au sein de chacune des Caisses régionales.

Pour le Crédit Agricole, le passage à la monnaie unique consiste à relever un triple défi : logistique, relationnel et stratégique. La priorité est d’abord d’informer les agents du réseau et des filiales ainsi que les clients. De nombreux « bagages » de formation sont mis à disposition dès septembre 1996 et, en février 1997, le site internet « Mission monnaie unique » est mis en ligne.
 

1999 : la bascule de la « banque de gros »

La 1ère bascule concerne la « banque de gros », à savoir les marchés financiers et les produits associés. La 1ère étape consiste à prendre acte de la parité franc-euro qui est dévoilée le 31 décembre 1998 par la Commission européenne :

1 euro = 6, 55957 francs

Ce chiffre est alors diffusé à toutes les entités du Groupe puis dans tous les points de vente.

Interview de Jean Laurent, directeur général adjoint de la Caisse nationale de Crédit Agricole, 1er janvier 1999.

Au 1er janvier 1999, 4 millions de clients sont concernés par cette bascule des marchés financiers et des valeurs mobilières, soit un quart de la clientèle totale du Crédit Agricole. Le défi est de coordonner les différentes filiales et entités. Cette préparation a représenté 3 ans de travail : 4 500 tâches ont été regroupées en 527 macro-tâches assurées par les 15 unités de contrôle des entités concernées. Elles sont toutes connectées au PC central d’Eurocam.

Cette 1ère bascule vers l’euro financier se déroule sans accroc : le 2 janvier 1999, un 1er transfert en euro est réalisé d’une banque américaine vers une Caisse régionale ; le 3 janvier, les 1ers relevés de comptes en euros sont imprimés ; le 4 janvier, à 6h du matin, les opérations de basculement prennent fin.

Plus de 1 000 collaborateurs ont été mobilisés pour toutes ces opérations durant cette 1ère grande bascule. Le 6 janvier 1999, le PC Eurocam est mis en sommeil.


1999-2002 : vers l’euro pour tous

Un comité « objectif 2002 » est créé pour la période de transition vers l’euro fiduciaire. Le scénario retenu donne la priorité aux client sur les différents marchés (agriculteurs, professionnels, particuliers…), ce qui entraîne la création de nombreux supports d’information (« guide pratique de l’euro » par exemple). Des réunions d’information sont également assurées localement par le personnel des agences dans les écoles, les lycées, auprès des commerçants… Certaines Caisses régionales créent des centres d’appel spéciaux pour répondre à toutes les questions.

Reportage de France 3 à la Centrale de titres du Crédit Agricole de Mer, dans le Loir-et-Cher.

Les opérations concrètes commencent en 2001 avec plusieurs « WEB » qui désignent des « week-ends de bascule ». En juillet, les 1ers relevés de comptes avec la double information en francs et en euros sont imprimés et les 1ers chéquiers sont diffusés. A partir du 15 septembre, les comptes et contrats de 16 millions de clients des Caisses régionales et de filiales basculent en euros au cours de six « WEB ». En octobre, l’euro devient la monnaie de référence : toutes les applications informatiques doivent être revues et les automates bancaires doivent accepter les chèques en euros. 96 000 calculettes-convertisseurs sont distribuées chez les clients professionnels du Crédit Agricole. Dans les agences, les postes de travail basculent également et seul l’euro est désormais mentionné. En décembre, une importante opération logistique débute : la nouvelle monnaie commence à être stockée dans les agences et les premiers « kit euros » sont distribués.

Porte-clés convertisseur manuel francs-euros distribué par le Crédit Agricole.

Le 1er janvier 2002, l’euro est pour tous une réalité tangible. Les automates bancaires ne distribuent plus que des euros et le réseau du Crédit Agricole se transforme en collecteur de francs. Des animations sont parfois mises en place, comme dans les agences du Cantal où des groupes de musique sont invités. Des situations incongrues naissent parfois de cette opération de collecte : on voit des clients venir en agences avec des chaussettes pleines de centimes ou des paniers d’osiers remplis de billets.

Le 17 février, le franc n’a plus de valeur légale et, le 28 février, Robert Boursault signe le dernier message du PC Eurocam : « Aujourd’hui, le basculement à l’euro du Crédit Agricole est terminé et la situation est stable. En conséquence, le PC Eurocam ferme ses portes, sa mission accomplie ». 

Affiche, 2002.

Toutes ces opérations au long cours ont été très structurantes pour le Crédit Agricole qui a dû gérer simultanément de lourdes opérations informatiques, logistiques et relationnelles, et cela dans toutes les entités. L’engagement du Cedicam (ancien nom de Crédit Agricole Payment Services) a été capital. Cette opération a également illustré la puissance de mobilisation du Crédit Agricole, Groupe décentralisé, au service de tous ses clients.

Articles associés

Actualité du Groupe
TY COCON lance sa première opération d’habitats seniors inclusifs en centre-bourg
20 sept. 2022
Actualité du Groupe
CAL&F lance un outil de tracking avantageux pour les clients de LOA Plaisance
15 sept. 2022

Si vous souhaitez exercer votre droit d’opposition au traitement de vos données personnelles à des fins de mesure d’audience sur notre site via notre prestataire AT internet, cliquez sur le bouton ci-dessous.