• Taille du texte
  • Contraste

Monde de l'entreprise : pourquoi s'inspirer des sportifs de haut niveau ?

Le sport de haut niveau et le monde de l'entreprise sont très liés du fait de leurs valeurs communes. Excellence, rigueur, gestion de la pression, travail en équipe… les athlètes de haut niveau se révèlent des profils à fort potentiel, dotés de nombreuses qualités inhérentes à leur pratique sportive.

En carrière ou en reconversion, ces sportifs sont une richesse pour l'entreprise. La preuve avec Muriel Hurtis, ancienne athlète de haut niveau aujourd'hui collaboratrice de la Caisse régionale Alpes Provence, et Christophe Lavigne, collaborateur de CA Payment Services et rameur aguerri.

Illustration sportifs de haut niveau

« Le sport apprend à celui qui le pratique ce que l'école n'apprend jamais : la programmation de la performance. »

 

Portrait de Muriel Hurtis Muriel Hurtis, championne du monde du relais 4 × 100 mètres en 2003 est aujourd'hui ambassadrice « Le SPORT pour VALEUR » au Département de la communication et de la RSE du Crédit Agricole Alpes Provence. Elle nous explique comment elle est passée d'athlète de haut niveau à collaboratrice du Groupe et comment sa carrière d'ex-sportive de haut niveau lui permet aujourd'hui d'être encore plus efficace dans ses nouvelles fonctions.
 

Q1 : Pouvez-vous retracer votre carrière de sportive de haut niveau ?
Après 16 ans en équipe de France d'athlétisme, j'ai terminé ma carrière en 2014 par un titre de championne d'Europe sur le relais 4x400m. A mon palmarès, figurent 2 titres de championne du monde, 5 titres de championne d'Europe, une médaille de bronze Olympique et européenne. J'ai eu la chance durant ma carrière d'être accompagnée par des entraîneurs qui m'ont transmis le goût de l'effort et qui m'ont amenée à donner toujours le meilleur de moi-même.
 

Q2 : Comment passe-t-on de sprinteuse professionnelle à collaboratrice du groupe Crédit Agricole ? Quelles sont les valeurs communes à ces deux mondes bien distincts ? Qu'est-ce qui a motivé votre choix ?
Le Crédit Agricole Alpes Provence m'a proposé d'être l'ambassadrice du label « le Sport pour Valeur », créé en 2015 par la Caisse régionale. A l'époque je venais d'obtenir mon diplôme de psychomotricienne et je m'orientais tout naturellement dans cette voie. Suite à la proposition qui m'a été faite, j 'ai tout simplement été séduite par les missions du poste dont l'objectif était de promouvoir les valeurs éducatives du sport sur le territoire. C'est ainsi que j'ai rejoint le Groupe.
J'y ai retrouvé de nombreuses valeurs que j'ai côtoyées durant ma carrière d'athlète telles que l'esprit d'équipe, l'engagement, le goût de l'efficacité et du challenge…
 

Q3 : Pour arriver au sommet de votre discipline, vous avez dû répéter des milliers de fois les mêmes gestes, les mêmes méthodes. Comment le retranscrivez-vous aujourd'hui dans votre nouvelle carrière professionnelle ?
Quand j'étais athlète je recherchais la perfection dans tout ce que je faisais, j'avais la faculté de m'adapter à la difficulté, d'apprendre vite et de reproduire ce que l'on me montrait ou demandait de faire, aujourd'hui j'ai le même état d'esprit dans tout ce que j'entreprends je suis à l'écoute et dans l'observation pour toujours faire au mieux.
 

Q4 : Qu'est ce qui fait votre force ?
Ce qui fait ma force c'est d'avoir confiance en moi et d'être capable de gérer mes émotions lorsque je suis dans une situation compliquée car je pars du principe que tout problème a une solution. Autant avoir toutes ses facultés pour y arriver et ne pas se laisser dépasser par ses émotions ! La positive attitude, je l'ai adoptée et j'essaie de la transmettre.
 

Q5 : Quels conseils pouvez-vous nous donner pour accroître la performance ? Quel est le petit plus qui fait que l'on devient un champion ?
Le conseil que je peux donner pour accroître la performance, c'est de définir clairement ses objectifs et y donner du sens.
Le petit plus qui fait que l'on devient champion c'est que même dans la victoire un champion se remet toujours en question. Il va chercher d'autres solutions pour être encore plus performant et ne pas rester sur ses acquis, même si ceux-ci ont amené à une victoire. Car ce qui a marché aujourd'hui, ne fonctionnera peut-être pas demain, c'est la faculté à anticiper et c'est tout ce qui fait la différence avec un vrai champion. 
 

› Pour en savoir plus sur Muriel Hurtis, consultez son podcast « Sportraits » : https://youtu.be/nvGU2DTC4gg

 

 

Christophe Lavigne en aviron A l'inverse, Christophe Lavigne, collaborateur du groupe Crédit Agricole depuis 24 années est devenu un sportif de haut niveau il y a peu de temps. Passionné d'aviron, qu'il pratique en section « Handi » au club de Boulogne-Billancourt depuis 2014, il devait participer aux JO de Tokyo en 2020, malheureusement reportés du fait de la crise sanitaire.
Il nous explique ce qui l'a poussé à ce niveau de performance et comment le groupe Crédit Agricole l'encourage dans son parcours.
 

Q1 : Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
J'ai intégré le groupe Crédit Agricole en 1996, deux ans après avoir eu un grave accident qui m'a coûté les deux jambes.
Sportif occasionnel, je cherchais une discipline qui puisse me faire travailler au niveau du cardio. En 2013, j'ai découvert tout à fait par hasard, au détour d'un reportage TV, que l'aviron pouvait être pratiqué en handisport. A partir de ce moment-là, j'ai fait les démarches nécessaires pour intégrer le club de Boulogne (92). Je me suis rapidement passionné pour cette discipline, à tel point que j'ai atteint un niveau que je n'aurais jamais imaginé.
Au début je m'entraînais environ 2h30 par semaine. Mais cela ne me suffisait pas, j'ai donc multiplié les séances. Aujourd'hui je m'entraîne entre 3 et 4 heures par jour, week-end compris.
 

Q2 : Comment êtes-vous devenu sportif de haut niveau en si peu de temps, au point de préparer les JO cette année ? Qu'est-ce-qui vous a poussé à un tel niveau, qu'est-ce qui vous anime ?
Le sport de haut niveau n'était clairement pas programmé. Après mon accident en 1994, ma priorité n'était pas de faire du sport mais de trouver un équilibre familial et professionnel. J'ai commencé à pratiquer l'aviron à 42 ans, et tout s'est enchainé très vite, les résultats étant encourageants.
J'ai toujours aimé relever les défis et me surpasser. C'est ce qui m'anime et me pousse aujourd'hui à tenter ma chance aux prochains Jeux Paralympiques.
 

Q3 : Quels sont les points communs entre votre métier et votre discipline sportive ? Comment l'entreprise vous accompagne-t-elle dans ce défi ?
J'ai intégré Crédit Agricole Payment Services en 2015, en tant que Coordinateur Sourcing. Aujourd'hui, je suis acheteur IT à la Direction Financière. J'essaie de construire mon projet sportif comme un projet informatique. Je mets tout en œuvre pour que le résultat à la date fixée soit le meilleur possible.
Atteindre ses résultats, qu'ils soient sportifs ou professionnels demandent le même investissement : de la rigueur et du courage. Dans le sport comme au travail, je recherche de la satisfaction qui passe par l'efficacité et le plaisir.
Et j'ai la chance inouïe d'avoir le soutien de mon employeur. Chez CAPS, tout le monde a en effet immédiatement adhéré à mon projet sportif, que ce soit au niveau des RH ou de la Direction générale. Mon emploi du temps est aménagé en fonction de mes entraînements.
 

Q4 : Comment voyez-vous la suite ?
Ma participation aux JO de Tokyo de 2020 a malheureusement été compromise du fait de la crise sanitaire. Je continue donc à m'entraîner pour la prochaine étape, les championnats de France en mars 2021. Ils seront suivis de quelques compétitions internationales au printemps prochain et enfin la préparation de l'étape ultime : l'épreuve d'aviron des Jeux Paralympiques du 29 août 2021.
 

› Pour en savoir plus sur Christophe Lavigne, consultez son podcast « Sportraits » : https://ca-sportecoledevie.fr/podcast/christophe-lavigne/

 
--------------------------------------------------------
 
Logo Le Sport comme école de la vie Le Sport comme école de la Vie

- Le groupe Crédit Agricole attache une importance particulière au sport et soutient activement ceux qui le font vivre, partout en France.

- Depuis 3 ans, le Groupe a fait du sport un véritable enjeu, qui s'inscrit dans son engagement sociétal.

- Par la promotion du sport et de ses valeurs, le Groupe est convaincu de pouvoir agir dans l'intérêt des gens et de la société. L'ensemble de ses engagements est porté par une identité fédératrice : « le sport comme école de la vie », dont Teddy Riner est l'ambassadeur.
 

› Pour en savoir plus, rendez-vous sur :

Dans la même chaîne thématique