• Taille du texte
  • Contraste

Data centers : dépendance et défis majeurs

Qu’est-ce qu’un data center ?

Un data center (DC), ou centre de données, permet le stockage et le traitement de données à distance. Il s’agit d’une infrastructure hautement sécurisée, e.g. bâtiment, container, qui abrite plusieurs salles informatiques/IT où sont hébergés des serveurs, installés dans des baies (ou racks) alignées sur plusieurs rangées.

Acteurs et business models

La construction d’un DC est particulièrement capitalistique et constitue une barrière élevée à l’entrée. On distingue différents types d’acteurs : les opérateurs télécoms, les banques/assurances, e.g. DC Greenfield du groupe Crédit Agricole, qui les détiennent généralement pour leurs propres besoins ; les grandes sociétés informatiques, e.g. IBM, Microsoft, Atos ; les « pure players », e.g. Digital Realty, Equinix, aux États-Unis, OVH en France, Telehouse au Royaume-Uni, GDS en Chine, GDC à Singapour ; les géants de l’Internet avec des DCs de taille imposante ou « Hyperscale DCs », e.g. Google, Apple, Facebook, Amazon.

Deux business models se dégagent dans cette industrie : « wholesale » – ou location en gros d’espace au sein du DC, qui s’apparente à de l’immobilier – et « retail », location de surface plus réduite et fourniture de l’énergie nécessaire, voire d’équipements, e.g. serveurs, baies, et de services additionnels.

On compte environ 4 270 DCs de type « colocation » actuellement à travers le monde – environ 76% en Amérique du Nord et dans l’Union européenne et plus de 40% aux États-Unis.

Tous responsables

Le cloud computing (2000) et le big data, plus récemment, ne font qu’accroître les besoins en capacité de stockage et de traitement des données à distance. Avec la prolifération des objets connectés ou Internet of Things (IoT), l’accélération de l’Intelligence Artificielle (IA), voire la production de crypto-monnaies, cette tendance n’est pas prête de ralentir.

Le « Cloud Public » est en forte croissance au niveau mondial : +22% en 2017, +21% prévu en 2018 et +16% en 2021. Ce sont des services à la demande ou de type « as a service (aaS) », dont on distingue trois catégories majeures – SaaS (Software), PaaS (Plateforme) et IaaS (Infrastructure). Le SaaS génère 39% des revenus mondiaux en 2017 et 41% en France, une tendance anticipée au moins jusqu’en 2021.

L’essor du smartphone et des tablettes depuis plus de dix ans, a clairement modifié les usages – grand public et entreprises – augmentant très fortement notre dépendance aux données distantes. Vouloir accéder aux services et aux données où que l’on se trouve, à tout instant, sur tous types de supports, impose une interaction en mode cloud et rend les DCs incontournables.

Défis écologiques

Ces installations et équipements informatiques sont voraces en énergie – les DCs représentent aujourd’hui plus de 5% de la consommation énergétique mondiale – et dégagent énormément de chaleur, nécessitant une solution de refroidissement des salles IT et d’évacuation de l’air chaud. Les équipements IT consomment environ 50% du total d’un DC et le système de refroidissement environ 25%.

L’efficacité énergétique d’un DC est communément mesurée par le Power Usage Effectiveness (PUE), ratio entre la consommation énergétique totale du DC et celle de la partie IT. Le ratio théorique parfait étant égal à 1, la grande majorité des DCs œuvrent pour s’en rapprocher – e.g. PUE Greenfield actuel de 1,48 (vs. 2,53 de moyenne en Europe).

L’amélioration constante de l’efficacité énergétique d’un DC reste un objectif majeur des acteurs, optimisant par là-même les coûts opérationnels. Bien que les DCs s’inscrivent dans une démarche « Green IT » visant à utiliser les énergies renouvelables, l’effort reste colossal, compte tenu des besoins croissants. Afin d’éviter une course effrénée à la surface et à la construction de DCs, des solutions innovantes font l’objet de recherches, permettant de stocker davantage de données sur les serveurs, d’accroître les puissances de calcul et de réduire les coûts des solutions de refroidissement. Cela contribuerait certainement à réduire l’impact sur la consommation énergétique et l’environnement.

 

Rabindra Rengaradjalou, Études Économiques Groupe

rabindra.rengaradjalou@credit-agricole-sa.fr