• Taille du texte
  • Contraste
  • 27.02.2018
  • 0

Le groupe Crédit Agricole à la rencontre des acteurs de la filière méthanisation réunis au Salon Biogaz Europe des 7 & 8 février à Nantes

Avec plus des deux tiers des sites de méthanisation agricole en France, financés par les Caisses régionales et les filiales du Groupe, le Crédit Agricole est un acteur incontournable de la filière méthanisation en développement.

À fin septembre 2017, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) dénombrait 531 installations produisant 412 mégawatts d’électricité (MWe) dont deux tiers d’installations agricoles et 38 installations d’injection de biométhane représentant 574 gigawattheures (GWh) par an. Le dynamisme de l’activité en 2017 (quasi doublement de la puissance installée en injection de biométhane par exemple) devrait se poursuivre. Plusieurs raisons à cela :

-          Une « Programmation pluriannuelle de l'énergie » (PPE) qui fixe une trajectoire pour le mix énergétique et notamment pour le biogaz de 13,5 terawattheures (TWh) de cogénération et 8 TWh de biométhane injectés à horizon 2023 au niveau national. Si cet objectif peut paraître volontariste, il correspond, pour l’injection, à l’encours de projets en portefeuille.

À horizon 2030, l’objectif est d’injecter 10% de la consommation nationale de gaz avec du gaz vert. Une étude publiée fin janvier par l’ADEME et les opérateurs de réseaux de gaz va plus loin avec 100% du gaz renouvelable injecté dans les réseaux de gaz à horizon 2050. Ainsi, à horizon 2030, l’injection de biométhane pourrait représenter 60% des sites de méthanisation et 80% des volumes (70 TWh) soit près de 5 000 sites et un total de 8 000 à 9 000 sites de méthanisation en intégrant les unités de cogénération. Ce scénario serait cohérent avec le gisement de biomasse mobilisable estimé à près de 90 TWh en 2030.

-          La mobilisation du ministère de la Transition écologique et solidaire, qui a lancé en janvier des groupes de travail sur les énergies renouvelables en vue de « revoir l’environnement réglementaire et administratif » pour le simplifier et faciliter leur financement.

Ce besoin est d’autant plus pressant avec la diminution progressive et programmée des aides de l’État qui visent à accompagner l’émergence de la filière. Les subventions de l’ADEME représentent entre 10 et 20% du coût d’un projet de méthanisation.

-          La forte implication et réactivité des opérateurs de réseaux de distribution et de transport de gaz (GRDF, GRTgaz), qui encouragent le développement de l’injection de biométhane avec l’allégement des coûts des projets en 2017 et un accompagnement étroit des porteurs de projet. Ainsi, un guide « Préparer votre projet d’injection et votre demande de financement », rédigé avec l’ensemble des partenaires financiers, a été présenté le 7 février par GRDF avec le groupe Crédit Agricole.

-          La standardisation progressive des projets et des pratiques dans le monde agricole avec des offres techniques et d’équipements plus adaptés aux spécificités nationales : typologie d’intrants d’une grande diversité privilégiant la valorisation des déchets et des sous-produits (effluents d'élevage…), contrastant avec celle de pays voisins comme l’Allemagne, où l’essor de la filière méthanisation a été fondé sur le choix des cultures énergétiques.

-          Le renforcement des constructeurs pour faire face à l’afflux des projets et à la demande croissante de formation et d’assistance technique dans les régions.

Dans ce contexte, le groupe de travail méthanisation du groupe Crédit Agricole, qui réunit l’ensemble des experts énergies renouvelables des Caisses régionales, la Direction de l’Agriculture, la Direction des Études Économiques, Unifergie, Pacifica et CAMCA Courtage, a lancé une opération visant à mieux connaître les principaux intervenants techniques de la filière dont les constructeurs. Première phase de cette opération : des entretiens avec les principaux d’entre eux lors du salon et la remise d’un questionnaire.

 

La Direction de l’Agriculture et la Direction des Études Économiques sont à votre disposition pour échanger avec vous sur les enjeux de ce salon.

 

Pascale Mégardon-Auzepy                                                                        

Ingénieur Conseil ECO – DIS                                                                      

pascale.megardon-auzepy@credit-agricole-sa.fr            

 

Florence Doucet

Expert Filières - A2MS

florence.doucet@credit-agricole-sa.fr

                 

Dans la même chaîne thématique