• Taille du texte
  • Contraste
  • 18.10.2012
  • 3 min
  • 0

525 € par mois en moyenne, c’est le montant qu’il manquerait aux Français pour vivre correctement

•    525 € par mois en moyenne, c’est le montant qu’il manquerait aux Français pour vivre correctement
•    Près d’un Français sur quatre déclare différer ses projets pour faire face à la crise

Sofinscope est le baromètre de Sofinco (marque de CA Consumer Finance) qui s’inscrit au cœur de la consommation et du quotidien des Français. Lancé voilà un an, et pour sa douzième vague d’enquête, Sofinscope revient sur la perception du coût de la vie par les Français.

Bien qu’ils déclarent manquer en moyenne de 525 € par mois pour vivre correctement, les Français ont appris à adapter leurs budgets et leur consommation dans un contexte de crise… notamment en réduisant les budgets consacrés aux dépenses « non primordiales » et en différant leurs projets.
525 € par mois en moyenne, c’est le montant qu’il manquerait aux Français pour vivre correctement.
Les Français déclarent manquer en moyenne de 525 € par mois pour vivre correctement. Une somme qui varie selon le profil des répondants. Interrogés sur ce qui est pour eux le plus problématique, les Français citent le plus fréquemment l’augmentation des prix (67 %) ou encore des charges (59 %).
Aujourd’hui, comme l’année passée, les sacrifices sont apparents et sont notamment le fait d’une rationalisation des dépenses. Les budgets consacrés aux dépenses « non primordiales » subissent des réductions plus importantes, tandis que les postes de dépenses de première nécessité tendent à se stabiliser. Ainsi, 26 % des Français (23 % il y a un an) déclarent restreindre leurs dépenses alimentaires et 59 % rognent sur les dépenses de loisirs (52 % l’année dernière).
En revanche, là où les dépenses sont contraintes, comme le logement, ils ne sont plus que 12% à les diminuer contre 21 % il y a un an.
Dans cette période de crise, les Français différent certains projets et déclarent que leur épargne diminue.
Les Français se voient plus nombreux à renoncer à certains de leurs projets : ils sont aujourd’hui 23 % à déclarer qu’ils différent leurs projets contre 19 % il y a un an. Ce report de projet concerne même 30 % des foyers de plus de 5 personnes. 10 % des personnes interrogées estiment que le fait d’attendre pour concrétiser leurs projets constitue une vraie problématique pour eux. Cela est particulièrement vrai pour 22 % des familles monoparentales.
Aujourd’hui, 63 % des Français déclarent que leur épargne diminue, et mobilisent ces ressources personnelles pour faire face aux dépenses du quotidien.

Tous les résultats du Sofinscope sur : www.sofinscope.fr

Dans la même chaîne thématique