• Taille du texte
  • Contraste
  • 06.03.2012
  • 3 min
  • 0

La Fondation Grameen Crédit Agricole célèbre ses quatre ans d’existence et affiche de nouvelles ambitions dans la Microfinance et le Social Business pour lutter contre la pauvreté

Un acteur majeur de la Microfinance avec 32 millions d’euros de financements approuvés dans 19 pays en développementUne démarche volontariste dans le domaine de la MicroassuranceLe Social Business, axe de développement de la Fondation avec la création du premier fonds d’investissement dédié

 

Le Crédit Agricole célèbre aujourd’hui les quatre ans de la Fondation Grameen Crédit Agricole, créée en 2008 avec le Professeur Muhammad Yunus, prix Nobel de la Paix 2006 et fondateur de la Grameen Bank. La Fondation est devenue un acteur reconnu de la Microfinance et un pionnier dans le Social Business. Jean-Marie Sander, Président de Crédit Agricole S.A., en a été élu Président le 5 mars 2012. Il succède à René Carron, Président de la Fondation depuis sa création.

Partageant l’idée que la lutte contre la pauvreté passe aussi par l’initiative et l’entrepreneuriat grâce à des services financiers adaptés pour les plus pauvres, René Carron, Georges Pauget (alors Président et Directeur Général de Crédit Agricole S.A.) et le Professeur Yunus avaient décidé en 2008 de créer la Fondation pour contribuer à la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement, en associant la réputation et les savoir-faire du Crédit Agricole et de Grameen.

Pour Jean-Marie Sander, Président de Crédit Agricole S.A. et nouveau Président de la Fondation : « l’action de la Fondation Grameen Crédit Agricole s’inscrit dans une démarche de long terme cohérente avec nos valeurs de solidarité. Nous sommes fiers des résultats déjà obtenus. »

 

La Fondation, un acteur majeur de la microfinance, avec 32 millions de financements approuvés dans 19 pays

Depuis sa création, la Fondation Grameen Crédit Agricole est devenue un acteur majeur de la Microfinance et a atteint en quatre ans des résultats significatifs avec 32 millions d’euros de financements au profit de 47 projets dans 19 pays parmi les plus pauvres du monde, notamment le Mali, Madagascar, Timor Leste.

En cumul, les institutions partenaires de la Fondation comptent 1 223 000 emprunteurs actifs, dont 91% sont des femmes.74% de ces emprunteurs sont en zone rurale et 38% vivent en Afrique Sub-saharienne. Ces proportions ne sont généralement que de 44% et 5% dans le portefeuille des institutions financées par les fonds d’investissement spécialisés en Microfinance.Le montant moyen du microcrédit consenti par ses partenaires est de 221 $ contre  1 632 $ en moyenne chez les institutions financées par les fonds d’investissement spécialisés en Microfinance.

 

Après quatre ans d’existence, la Fondation Grameen Crédit Agricole a su marquer sa différence et démontrer un positionnement très volontariste, reconnu par les agences de coopération bilatérales partenaires de la Fondation :

  • Un accord de partenariat a été signé le 10 mars 2010 avec le Gouvernement de Monaco et sa Direction de la Coopération Internationale.
  • Un accord de garantie a été signé le 28 mars 2011 avec l’Agence Française de Développement. Une garantie de 50% s’applique à l’ensemble du portefeuille de prêts et de garanties de la Fondation en Afrique et au Moyen Orient.

 

Une démarche innovante dans le domaine de la Microassurance agricole

Son statut de fondation sans but lucratif permet à la Grameen Crédit Agricole de jouer un rôle de défricheur, d’explorer des territoires nouveaux et de faire preuve d’innovation, tout particulièrement dans le domaine de la Microassurance agricole. Les petits paysans sont exposés à des risques naturels qui, en détruisant leur récolte ou leur bétail, les exposent à la ruine et l’insolvabilité.

La Fondation s’est engagée dans deux initiatives :

  • la première est une initiative de recherche, aux côtés de Pacifica, de la Fondation Institut Europlace de Finance et d’Atrium Spotimage, qui vise à élaborer des modèles d’assurance récolte indicielle dans le contexte des pays du Sud, et qui permettra à la Fondation d’accueillir un doctorant spécialisé pendant 2 ans.
  • la seconde est le projet Assurance récolte Sahel, un projet pilote de déploiement de la Microassurance récolte dans 4 pays d’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mali, Burkina Faso et Bénin), dirigée par Planet Guarantee. La Fondation va contribuer pour 200 000$ en 3 ans à ce projet qui concernera  60.000 petits paysans.

 

Le Social Business, nouvel axe de développement de la Fondation, qui prévoit de créer le premier fonds entièrement dédié au Social Business

Dans le champ nouveau du Social Business, la Fondation fait œuvre de pionnier. Elle a d’ores et déjà pris des participations au capital de cinq entreprises :

  • elle est actionnaire de la Laiterie du Berger, créée dans le Nord du Sénégal. En donnant un débouché industriel et commercial au lait de collecte des troupeaux des éleveurs semi-nomades, la Laiterie du Berger joue un rôle structurant pour la filière laitière dans un pays qui importe plus de 90% de sa consommation sous forme de poudre de lait ; elle apporte un revenu régulier à 950 familles et contribue à une meilleure qualité d’alimentation.
  • elle est actionnaire de Grameen Danone Food Ltd, co-entreprise créée entre Danone et Grameen pour produire un yaourt hyper-enrichi destiné à lutter contre la malnutrition des enfants pauvres dans la région de Bogra au Nord du Bangladesh et le rendre accessible aux plus pauvres.
  • elle a investi dans la principale plateforme internet de microcrédits solidaires en Europe, Babyloan. Cette plateforme permet à des internautes du Nord de manifester leur solidarité concrète vis-à-vis de micro-entrepreneurs du Sud, en leur faisant un petit prêt sans intérêt de 6 mois ou un an. Babyloan compte aujourd’hui plus de 14.000 prêteurs solidaires.
  • plus récemment, la Fondation a approuvé une prise de participation dans Philéol, une entreprise qui développe la culture du ricin au Sud de Madagascar, pour en extraire l’huile. Le modèle social de Philéol est celui d’une chaîne de valeur inclusive : l’entreprise s’engage à acheter la récolte de ricin de quelques 3 000 petits producteurs, qui bénéficient d’un encadrement technique et de la fourniture d’intrants. Elle s’engage à ce que la création de valeur bénéficie à ces paysans très pauvres, qui n’ont pratiquement aucun revenu monétaire, dans la zone la plus aride de la Grande Ile.
  • enfin, elle est actionnaire aux côtés d’Entrepreneurs du Monde, de Chamroeun, une institution de microfinance cambodgienne, qui est tournée vers les populations les plus pauvres de Phnom Penh et qui répond à toutes les exigences du Social Business.

 

La Fondation Grameen Crédit Agricole entend aller plus loin et prévoit de créer le premier fonds entièrement dédié  au Social Business : le fonds Grameen Crédit Agricole

La Fondation souhaite donner plus de visibilité à cette approche innovante et se doter des moyens financiers et humains pour jouer un rôle pionnier de facilitateur de projets Social Business dans les pays en développement, grâce un fonds d’investissement entièrement dédié. La Fondation sera elle-même investisseur dans le fonds et mettra en œuvre sa politique d’investissement, garantissant ainsi la qualité sociale des projets. Ce fonds sera proposé dès que les autorisations nécessaires auront été obtenues.

Le fonds, d’un montant de 15 à 20 millions d’euros et d’une durée de 10 ans, s’adresse à des investisseurs avertis, socialement motivés, désireux de combiner esprit d’entreprise et esprit de solidarité. Conformément à l’inspiration du Professeur Yunus, les investisseurs dans ce fonds – institutionnels, personnes privées, fondations – ne recherchent ni un enrichissement personnel, ni un retour sur investissement, mais seulement le remboursement de leur investissement à échéance. Le dividende attendu est donc un dividende social grâce à l’impact du Social Business sur les communautés locales. Un branchement avec l’épargne salariale du groupe Crédit Agricole sera mis en place dans un second temps, permettant ainsi d’associer le maximum de salariés du Groupe à ce fonds unique en son genre. Les banques privées du groupe Crédit Agricole et Amundi sont associées à ce projet.