• Taille du texte
  • Contraste
  • 21.02.2014
  • 3 min
  • 0

Les français « fans » de l’achat en direct aux agriculteurs

Salon International de l’Agriculture 2014 / Sondage Crédit Agricole S.A. - Ipsos

Les français « fans » de l’achat en direct aux agriculteurs 

Alors que vaches veaux et moutons s’installent à Paris pour la 51ème édition du Salon International de l’Agriculture, le Crédit Agricole a souhaité, pour son deuxième « baromètre Société & Agriculture » mettre l’accent sur le phénomène de la vente directe. Identifiée comme une pratique en expansion, la vente directe s’est ainsi imposée comme un autre moyen de consommer. Cette volonté d’aller au plus proche du producteur, véritable tendance de fond, dispose d’ores et déjà de nombreux « afficionados ».

  • Quel pourcentage de la population a choisi la vente directe ? A quelle fréquence ?
  • Quels sont les produits les plus fréquemment achetés ?
  • Quelles motivations poussent les Français à « se rendre à la ferme » ?
  • Quels freins identifient-ils au développement de cette pratique ?
  • Quel avenir les Français imaginent-ils pour la vente directe ?

L’achat en direct pratiqué par une large majorité des Français.
Contrairement aux idées reçues, l’achat en direct ne correspond ni à un effet de mode, ni à un comportement « élitiste » ou « bobos », mais bien à une pratique très largement répandue dans l’ensemble de la population. En effet, 87% des Français ont déjà acheté directement à un producteur, alors que près de 4 Français sur 10 (38%) s’avèrent être de vrais fidèles avec un ou plusieurs achats en direct chaque mois.

Fruits et légumes, œufs et laitages sur le podium de la vente directe
Les fruits et légumes occupent le haut du panier de la vente directe pour 65% des Français, les œufs arrivent en seconde position (37%), le lait et les fromages concluent le podium (32%).
Au-delà de ce trio de tête, les consommateurs accordent une part grandissante de confiance aux éleveurs, en achetant également leurs viandes en direct (Volailles : 30% ; viandes rouges : 20%).
Enfin, clin d’œil aux apiculteurs qui, avec plus d’1 français sur 4 (27%) leur rendant visite pour se procurer du miel, occupent la cinquième place des producteurs agricoles.

Vente directe : comment ? Pourquoi ?
L’achat en direct se fait le plus souvent en face-à-face, soit sur les marchés (pour 46% des Français), soit directement à la ferme (pour 44%). En revanche, l’achat à distance est encore très marginal : seuls 15% des Français l’ont déjà pratiqué, que ce soit via une AMAP (7%), leur Comité d’Entreprise (3%) ou Internet (2% seulement).
Alors que la qualité des produits est en tête des motivations (74%), le soutien à la production locale arrive en deuxième place (55%), bien avant le prix (43%), ou les bénéfices pour la santé et la sécurité alimentaire (30%).

Les attentes et la vision des Français sur l’avenir de la vente directe
Pour 48% des Français, le manque de producteurs à proximité et le manque d’information (31%) sont aujourd’hui les principaux freins.
Enfin, pour 83% des Français, la vente directe est un modèle d’avenir. Preuve en est, les Français ayant déjà acheté à un producteur, souhaitent le faire plus souvent (75%), quant à ceux qui n’ont jamais acheté en direct, 70% d’entre eux souhaiteraient « s’y mettre ».