• Taille du texte
  • Contraste
  • 24.02.2014
  • 3 min
  • 0

Observatoire LCL en Ville : Les jeunes actifs urbains s’interrogent face à leur retraite

Le cinquième Observatoire LCL en Ville analyse la perception des jeunes actifs urbains (de 25 à 40 ans) vis à vis de leur retraite. Cette nouvelle étude1 réalisée par OpinionWay révèle que la retraite, si elle demeure lointaine, fait partie de leurs principales préoccupations. Peu d’entre eux savent comment la préparer au mieux, et à ce titre, manifestent le besoin d’être accompagné personnellement. Cette attente est d’autant plus forte que les jeunes actifs urbains prévoient qu’ils percevront une pension de retraite inférieure à celle versée actuellement.

Les préoccupations des jeunes urbains...
Si les trois principales préoccupations des Français sont dans l’ordre d’importance le pouvoir d’achat, l’emploi et l’accès aux soins, la retraite flirte avec la troisième marche du podium. Plus de deux tiers d’entre eux (67 %) ont suivis les dernières reformes sur ce sujet. Ils estiment toutefois qu’il faut commencer à préparer leur retraite autour de 40 ans.

Besoin d’accompagnement
Seuls 36 % d’entre eux pensent savoir comment préparer au mieux leur retraite et 27 % ont déjà cherché à se renseigner. Si les organismes d’Etat sont la source principale d’information concernant la retraite, ils ont le sentiment à 41 % que les informations recueillies manquent de clarté. Finalement, près de 4 jeunes actifs urbains sur 5 (79 %) aimeraient être accompagnés plus personnellement dans leur préparation de la retraite.

L’espoir d’une retraite active mais financièrement limitée
La retraite rêvée des jeunes actifs urbains permettrait de faire les activités qu’ils n’ont pas le temps de faire aujourd’hui, de se reposer, de consacrer du temps à ses proches ou bien encore de faire du bénévolat. Néanmoins s’ils sont 69 % à penser percevoir une pension de retraite, 80.% prévoient qu’elle sera inférieure aux pensions actuelles. En moyenne, ils estiment même que leur pouvoir d’achat diminuera de 29 % par rapport à aujourd’hui.

Peu d’anticipation de perte du pouvoir d’achat
Un peu plus d’un tiers seulement (35 %) ont déjà mis en place une solution d’épargne afin d’obtenir un capital au moment de la retraite. L’épargne auprès d’une banque, d’une compagnie d’assurance, d’un organisme de prévoyance ou d’une mutuelle, est plébiscitée à 83 %, loin devant l’épargne d’entreprise (27 %).

Conscient de l’effort que cela demande, les jeunes actifs urbains préféreraient mettre en place une épargne régulière plus tôt, plus longtemps et avec une somme plus petite.

1 Étude réalisée par OpinionWay auprès d’un échantillon de 852 personnes, représentatif de la population active urbaine âgée de 25 à 40ans vivant dans une agglomération de plus de 30.000 habitants. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle et de région de résidence.

Dans la même chaîne thématique