• Taille du texte
  • Contraste
France
Produits et services innovants

Donner un sens à son épargne : solidaire et verte

Donner un sens à son épargne : solidaire et verte - Crédit Agricole

1 264 M€

de fonds à impact social en 2015, en croissance de 22,6% par rapport à 2014
 

L'ENJEU

Le secteur social et solidaire est vecteur de développement des territoires et d’innovation sociale et environnementale. D’autre part, les épargnants cherchent de plus en plus à donner un sens à leurs placements. Les banques, rouage essentiel, doivent s’assurer que l’épargne solidaire ou « verte » collectée finance des entreprises et associations à forte utilité sociale et environnementale. 

NOTRE RÉPONSE

Le Groupe développe une gamme complète d’épargne à impact sociétal, baptisée « L’Autre Epargne ». Les produits financent des actions sur les thèmes de l’emploi, du logement, de la santé, de l’environnement, des associations, du surendettement et de la solidarité internationale. Les fonds sont reversés directement ou indirectement par le client d’une part, et par le Crédit Agricole d’autre part, à des structures locales.

« L’Autre Epargne » se décline en trois types de produits :
- deux fonds communs de placement labellisés Finansol qui soutiennent deux associations (les Banques Alimentaires et Habitat et Humanisme)
- le Livret sociétaire muni de l’option Tookets (une monnaie solidaire et locale qui correspond à une promesse de don)
- et le Contrat Solidaire de Predica.

Chez Amundi, la gestion « engagée », à forte utilité sociale, est assise sur un modèle d’analyse interne. Point essentiel, Amundi s’engage à produire un rapport d’impact, informant sur les résultats sociaux générés : nombre d’emplois créés, de personnes relogées, d’entrepreneurs installés, de personnes soignées.

Afin de permettre aux épargnants de financer les « technologies vertes », le fonds Amundi Valeurs durables leur propose d’investir dans les entreprises européennes exerçant au moins 20 % de leur activité dans les énergies renouvelables, l’amélioration de l’efficacité énergétique, ou la gestion de l’eau et des déchets. Au 31 décembre 2015, l’encours du fonds est de 182 millions d’euros.