• Taille du texte
  • Contraste

Réponse du Crédit Agricole dans le cadre de l’affaire Panama Papers

11 mai 2016

PRECISIONS

 

 

A la suite de la parution d’un article citant le Crédit Agricole publié dans le Monde daté du 12 mai 2016 dans le cadre de l’affaire Panama Papers, le Crédit Agricole précise que :

  • La Banque privée du Crédit Agricole n’est pas présente au Panama.
  • La Banque privée du Crédit Agricole n’est présente dans aucun paradis fiscal. Elle a engagé son retrait des territoires non-coopératifs à partir de 2010.
  • La Banque privée du Crédit Agricole ne crée ni n’administre de structures dites off-shore pour ses clients. Cette activité a été progressivement arrêtée et a cessé de manière définitive en 2015.
  • La Banque privée applique strictement les règles anti-blanchiment et alerte systématiquement les autorités compétentes des pays où elle est établie en cas de soupçon.
  • Par ailleurs, depuis plusieurs années, la Banque privée du Crédit Agricole a engagé une démarche volontaire visant à s’assurer que chacun de ses clients est bien en conformité avec les services fiscaux de son pays de résidence :
    • Pour la clientèle européenne : ce programme s’est terminé fin 2014 pour la clientèle française, et a été intégralement achevé fin 2015.
    • Pour la clientèle non-résidente de l’Union européenne : le programme sera achevé mi 2017.
  • Le Crédit Agricole réaffirme qu’il a bien mis fin à ces activités sous quelque forme que ce soit, y compris au travers de prestataires externes.
  • Les éléments constatés correspondent donc au solde d’un passé en extinction et on ne peut que regretter que la présentation soit manifestement trompeuse.