• Taille du texte
  • Contraste

Les investisseurs incitent les entreprises produisant 25 % des émissions mondiales à se fixer des objectifs basés sur la science

13 octobre 2020

  • 137 établissements financiers mondiaux, détenant près de 20 000 milliards de dollars d'actifs, appellent les entreprises fortement émettrices à se fixer des objectifs de réduction des émissions basés sur la science en vue de limiter la hausse des températures à 1,5°C et d’atteindre zéro émission nette d'ici 2050.
  • Tesla, Roche Holding AG et Rio Tinto font partie des quelques 1 800 entreprises qui ont été invitées à se fixer ces objectifs basés sur la science (objectifs SBT) et alignés sur une hausse de 1,5°C des températures mondiales dans le cadre de la campagne « Business Ambition for 1.5°C » menée par l’initiative Science Based Targets (iSBT) [1]
  • Ces 1 800 entreprises environ produisent des émissions annuelles totales de scopes 1 et 2 équivalant à 25 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES).
  • Il s'agit de la plus grande campagne mondiale d'engagement collaboratif invitant les investisseurs à demander collectivement aux entreprises de se fixer des objectifs SBT, en s’appuyant sur les conseils méthodologiques clairs de l’iSBT.

Londres (13 octobre 2020) :

Une coalition de 137 établissements financiers, gérant près de 20 000 milliards de dollars d’actifs, dont le groupe AXA, Legal & General Investment Management, Nikko Asset Management Co et Generation Investment Management, demande aux entreprises de s'engager à agir en faveur du climat, afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et de bâtir un avenir à zéro émission nette, en se fixant des objectifs SBT.[2]

Cette demande est formulée publiquement aujourd'hui dans le cadre d'une nouvelle campagne d'engagement coordonnée par le CDP, une association à but non lucratif gérant la plateforme mondiale de divulgation environnementale, et adressée à plus de 1 800 entreprises mondiales parmi les plus émettrices.[3]

Ensemble, elles sont à l'origine de 13,5 Gt d'émissions (scopes 1+2) chaque année, soit 25 % des émissions mondiales totales.[4] Sur l’ensemble de leur chaîne de valeur, l’influence de ces entreprises représente plus de 3 fois ce volume d'émissions cumulées.

Le groupe d'établissements financiers demande instamment aux entreprises de se fixer des objectifs par l'intermédiaire de l’iSBT afin de s'assurer que ceux-ci sont vérifiés de manière indépendante et correspondent bien à la norme du secteur en matière de fixation d'objectifs climatiques d'entreprise basés sur la science. Cette démarche permet aux investisseurs et aux entreprises de relever leurs ambitions climatiques, qui peuvent ainsi être mesurées de manière uniforme et comparable.

Étant donné que ces entreprises représentent 40 % de l'indice MSCI ACWI, l'indice phare de MSCI pour les actions mondiales, investisseurs et établissements financiers sont désireux de gérer leur exposition aux risques climatiques au sein de leurs portefeuilles et de les décarboniser. Les précédentes recherches du CDP ayant alerté sur le fait que les entreprises considèrent que 1 000 milliards de dollars sont menacés par l’impact du changement climatique, certains investisseurs, comme Amundi et HSBC Global Asset Management, appellent ces entreprises fortement émettrices à s'engager dans une action climatique basée sur la science.

Plus d'un millier d'entreprises dans le monde se fixent déjà des objectifs de réduction des émissions basés sur la science, parmi lesquelles plus de 300 ont aligné leurs ambitions sur une limitation du réchauffement climatique à 1,5°C dans le cadre de la campagne « Business Ambition for 1,5°C ».[5]

Une réduction des émissions conforme à la science du climat au sein de la chaîne de valeur peut accroître la résilience et la compétitivité des entreprises, contribuer à stimuler l'innovation, permettre de répondre aux ajustements réglementaires et renforcer la confiance des investisseurs. [6]

Emily Kreps, directrice mondiale Marchés de capitaux au CDP, a commenté : « On ne saurait trop insister sur l'importance de l'engagement des investisseurs pour favoriser une action durable des entreprises. Le changement climatique présente des risques importants pour les investissements, et les entreprises qui ne parviennent pas à fixer des objectifs SBT risquent d'être perdantes - et de causer davantage de dommages à l'économie mondiale.
Comme le montre l'intérêt que suscite cette campagne, les investisseurs veulent voir un engagement accru de la part des entreprises, reflétant le défi sans précédent auquel la planète est confrontée. Pour rendre cela possible, ils attendent des entreprises qu'elles s'engagent pleinement à atteindre des objectifs SBT ambitieux. Les capacités de résilience et d’adaptation des entreprises face aux risques systémiques, mises à rude épreuve par la récente crise sanitaire, montrent que le vent peut vite tourner défavorablement pour les entreprises qui ne prennent pas en compte les demandes des investisseurs. »

Hiroki Tsujimura, directeur des investissements chez Nikko Asset Management, a déclaré : « Nikko AM s'est engagé à intégrer les critères ESG dans ses processus de gestion des investissements, mais cela n'est possible qu'avec un engagement fort et une divulgation transparente de la part des entreprises, ainsi que la volonté de la direction de s'engager auprès des investisseurs. Nous espérons que cette campagne montrera que les investisseurs prennent les questions climatiques très au sérieux, et qu’elle soulignera l'importance et l'urgence de définir des objectifs basés sur la science et tournés vers l'avenir, et de les intégrer aux stratégies des entreprises sur le long terme. »

Jean-Jacques Barbéris, directeur de la division Clients institutionnels et entreprises & ESG chez Amundi, a précisé : « L'adoption d'objectifs de réduction des émissions par les entreprises est un facteur essentiel de mobilisation des capitaux. Les investisseurs responsables veulent investir dans des entreprises qui sont en transition vers une économie alignée sur l’Accord de Paris. Les objectifs SBT sont un outil mondial, solide et utile de soutien aux entreprises dans leur transition. La limitation du réchauffement climatique nécessite une réponse collective ; les actions des entreprises et la mobilisation des investisseurs pour décarboniser les portefeuilles vont de pair. Le soutien du CDP à cette importante initiative s'inscrit dans le cadre de notre engagement plus vaste à soutenir l'action en faveur du climat. »

Ted Maloney, directeur de l'investissement chez MFS Investment Management, a déclaré : « En tant que gérant d'investissement actif, nous allouons des capitaux aux entreprises qui, selon nous, peuvent surperformer tout au long d'un cycle économique. Les entreprises qui ne se fixent pas d'objectifs SBT risquent d'être surprises par l'augmentation des coûts ou la perte d'activité qui pourraient résulter de l'attention croissante portée au changement climatique par la société et les régulateurs. Nous avons besoin que les entreprises évaluent rigoureusement la manière dont elles doivent changer pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés. Des objectifs fondés sur la science encouragent non seulement ce genre de rigueur et d'auto-évaluation critique, mais permettent également aux investisseurs institutionnels de mieux servir leurs clients grâce à une meilleure analyse. »

Ces vingt dernières années, le CDP a élaboré un système ayant donné lieu à un engagement sans précédent sur les questions environnementales dans le monde entier, tant auprès des investisseurs que des entreprises. Cette campagne associe l’expérience du CDP et son expertise en tant que partenaire fondateur de l’iSBT, en vue de s’appuyer sur l'autorité des investisseurs pour aller plus loin dans la divulgation. Au début du mois, l’iSBT a publié le tout premier cadre permettant aux établissements financiers de fixer des objectifs SBT pour leurs propres opérations et portefeuilles, et les invite maintenant à soumettre ces objectifs pour validation.

Si les entreprises peuvent fixer des objectifs fondés sur la science à tout moment de l'année, les investisseurs eux ont jusqu'en mai 2021 pour s'engager auprès des entreprises, date à laquelle l'impact de cette campagne sera évalué.

Notes aux éditeurs

Pour obtenir davantage d'informations ou des interviews exclusives, veuillez contacter :

À propos du CDP

Le CDP est une organisation internationale à but non lucratif encourageant les entreprises et les gouvernements à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, à préserver les ressources en eau et à protéger les forêts. Élu premier fournisseur de recherche sur le climat par les investisseurs, et collaborant avec des investisseurs institutionnels gérant un total de 106 000 milliards de dollars d’actifs, le CDP s’appuie sur le pouvoir des investisseurs et des acheteurs pour inciter les entreprises à diffuser et à réduire leurs impacts environnementaux. En 2019, plus de 8 400 entreprises représentant plus de 50 % de la capitalisation boursière mondiale ont publié leurs données environnementales via le CDP. Celles-ci viennent s'ajouter aux plus de 920 villes, États et régions qui ont diffusé leurs données, faisant de la plateforme du CDP l'une des sources d'information les plus riches au monde sur la manière dont les entreprises et les gouvernements mènent des changements au niveau environnemental. CDP est membre fondateur de la coalition We Mean Business.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://cdp.net/en  ou suivez-nous @CDP.

________________________________________
[1] La lettre d'engagement est disponible en ligne ici.
[2] Pour consulter la liste des investisseurs apportant leur soutien, cliquez ici.
[3] La méthodologie utilisée pour définir les entreprises ayant une incidence sur le climat est disponible ici.
[4] Sur la base des émissions totales en 2018, y compris celles résultant de changements d'utilisation des terres, notamment la déforestation (55,3 gigatonnes) : https://www.unenvironment.org/resources/emissions-gap-report-2019. Sur la base des données transmises et modélisées de 2019.
[5] https://sciencebasedtargets.org/companies-taking-action/  
[6] Voir « Business case for science-based targets »

Dans la même chaîne thématique