• Taille du texte
  • Contraste

IFC et Crédit Agricole CIB annoncent une transaction décisive pour dynamiser le financement du commerce international dans les marchés émergents

IFC, membre du Groupe de la Banque Mondiale, et Crédit Agricole CIB annoncent aujourd’hui le lancement d’une transaction de financement structuré décisive qui permettra à Crédit Agricole CIB d’élargir de manière significative ses activités de financement du commerce international dans les marchés émergents, soutenant ainsi un vecteur essentiel de croissance, négativement impacté par la pandémie de COVID-19.

Dans le cadre d’une nouvelle opération de transfert de risque synthétique, IFC garantira $182 millions sur un portefeuille de référence de $4 milliards composé principalement d’actifs de financement du commerce international de Crédit Agricole CIB dans les marchés émergents.

Cette opération de transfert de risque synthétique est la plus importante jamais réalisée par Crédit Agricole CIB, et l’une des plus importantes réalisée par une banque internationale. Son montant est le double d’une opération similaire lancée par IFC et Crédit Agricole CIB en 2018, et il s’agit du financement structuré le plus important réalisé par IFC, toutes catégories d’actifs confondues. Grâce à cette transaction, Crédit Agricole CIB prévoit de mettre en place un volume important de financements supplémentaires pour soutenir le développement de l’activité dans les marchés émergents.

Le projet arrive à un moment où les flux de financement du commerce international vers les marchés émergents ont été fortement touchés par la pandémie. Les banques recherchent donc des moyens pour allouer plus efficacement des fonds vers les activités affectées par la crise.

Les banques utilisent des opérations de transfert de risque synthétique pour réduire la pondération de risque de leurs actifs. Contrairement à une titrisation « financée » dans laquelle les actifs sont vendus à des investisseurs, les actifs restent au bilan de la banque, et des investisseurs tiers, tels qu’IFC, prennent une part du risque. Cela libère des fonds propres réglementaires, permettant ainsi à l’institution financière de maintenir ses opérations de crédit en cours et d’augmenter ses volumes d’activité, dans ce cas dans les marchés émergents.

 

« Les opérations de transfert de risque synthétique ont toujours joué un rôle important en encourageant les banques à octroyer plus de crédits à des secteurs d’activités prioritaires, » explique Paulo de Bolle, Senior Director du Global Financial Institutions Group d’IFC. « La pandémie de COVID-19 a accru le risque de nombreuses typologies de crédits ; de ce fait les transactions de marchés de capitaux de ce type sont plus pertinents que jamais pour augmenter les volumes de financement vers les emprunteurs des marchés émergents. »

 

“Pour que les marchés émergents puissent durablement se redresser de la pandémie de COVID-19, un soutien financier plus important que par le passé est nécessaire, » explique Laurent Chenain, Responsable d’International Trade & Transaction Banking chez Crédit Agricole CIB. « Cette transaction – historique à la fois en termes de structure et d’échelle – est un excellent exemple de l’engagement de Crédit Agricole CIB de travailler avec des investisseurs comme IFC pour soutenir les clients et faciliter une reconstruction post-pandémie solide. »

Dans la même chaîne thématique