• Taille du texte
  • Contraste

Les circuits courts, une évolution de notre consommation et de notre société

 

Les circuits courts alimentaires rencontrent de plus en plus de succès. Ils sont plébiscités, car ils répondent à de nouvelles attentes économiques, sociétales et environnementales, à la fois chez les consommateurs et les producteurs. Ces circuits apportent des produits locaux de qualité et soumis aux mêmes contraintes sanitaires que ceux des autres modes de distribution. Ils représentent un excellent moyen de renforcer les liens entre les agriculteurs et les consommateurs, ainsi que la ville et la campagne. Le Crédit Agricole, qui accompagne les grandes transformations sociétales, soutient les producteurs en circuits courts et l’agritourisme.

Que recouvrent les circuits courts ?

Selon le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, est considéré comme circuit court « un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire entre l’exploitant et le consommateur ».

    

circuits-courts_1

Un mode de distribution qui se diversifie

En démarche individuelle ou collective, en vente directe ou indirecte, il existe de nombreux modes de distribution, qui s’adaptent aux nouvelles tendances de consommation et exploitent les innovations.

La démarche collective en vente directe

Dans les points de vente collectifs, plusieurs agriculteurs se relaient pour vendre leurs produits dans un même lieu.

La vente organisée, souvent appelée « vente au panier », consiste à acheter par avance des « paniers » hebdomadaires de produits adaptés aux saisons et à la production. Elle est généralement connue via les AMAP® (Association Pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne).

Le drive-fermier correspond à la commande par Internet, de produits que le consommateur va chercher directement sur place. 

La démarche individuelle en vente directe

La vente à la ferme se fait directement sur l’exploitation du producteur.

Elle concerne également des associations (entreprises de réinsertion…) ou des établissements (lycées agricoles…).

Les producteurs vendent également directement sur les marchés locaux, les foires et les salons.

La vente par correspondance ou par Internet se développe pour les consommateurs qui ne souhaitent pas se déplacer. Elle permet de rapprocher les producteurs et les consommateurs urbains principalement.

Pour les ventes itinérantes, plus rares, le producteur se déplace chez ses clients. 

La démarche individuelle en vente indirecte

Les magasins de détail, la restauration collective ou les Grandes et Moyennes Surfaces se positionnent sur ce marché en vendant des produits « en direct de la ferme », clairement identifiés en tant que tels. Leclerc a lancé par exemple le concept « Marché Bio » avec des marques et des petits producteurs locaux.

Les producteurs transforment parfois leurs produits, mais passent aussi par les coopératives, rouage important du secteur, qui les transforment et les commercialisent.

Par ailleurs, de nouvelles plateformes, en plein essor, ont adopté une approche locale, avec une consommation à proximité des lieux de production (locavorisme). Le consommateur est livré directement chez lui, contrairement au drive-fermier. La Ruche qui dit Oui ! est leader en France sur ce dernier segment et se développe en Europe. 

L’agritourisme et l’œnotourisme

Ils permettent de déguster et d’acheter les produits dans les « fermes-auberges », tables d’hôtes, chambres d’hôtes et gîtes ou domaines viticoles. Les exploitations peuvent être affiliées à des réseaux nationaux comme, « Bienvenue à la ferme » ou « Accueil paysan » qui garantissent la provenance et la qualité des produits proposés.

Le label « Vignobles & Découvertes », attribué par Atout France, permet de référencer les destinations œnotouristiques proposant une offre de produits touristiques multiples et complémentaires (visite de cave et dégustation, hébergement, restauration, musée, événement…) et permettant au client de faciliter l’organisation de son séjour et de l’orienter sur des prestations qualifiées. 

Quelques données sur l’œnotourisme :

-          10.000 caves ont un activité d’œnotourisme

-          10 millions de visiteurs chaque année

-          Achat de vin : dépense entre 100 et 110 euros par visite

-          Dépense globale liée à l’œnotourisme : 5,2 Mds€

Chiffres Atout France 2016

Des producteurs et des consommateurs avec de nouvelles attentes

Qui sont les consommateurs adeptes des circuits courts ?

Si les consommateurs effectuent majoritairement leurs achats alimentaires en grande surface, ils sont de plus en plus nombreux à fréquenter des circuits de proximité. Ils souhaitent payer le juste prix aux producteurs. Ils achètent des produits locaux pour leur qualité et pour accéder à une alimentation saine, traçable, moins traitée et qui réponde au bon moment à leurs besoins nutritionnels. Ils éprouvent le besoin de rétablir le contact avec la terre, le terroir et de soutenir l’économie locale. D’un point de vue environnemental, ils considèrent que l’achat en circuit court contribue à réduire le transport de marchandises et donc la production de CO2. Cela peut également contribuer à réduire le gaspillage alimentaire.

Quelles sont les attentes des producteurs qui vendent en circuits courts ?

Les agriculteurs/éleveurs/viticulteurs sont également séduits par ces modes de distribution plus directs et rémunérateurs. Un producteur sur cinq vend en circuits courts en France (source : agreste 2012). Cela leur permet de réduire leur dépendance à l’industrie agroalimentaire et à la distribution et de conserver des marges financières satisfaisantes. Par ailleurs, ils représentent l’occasion de renforcer le lien avec les consommateurs et d’avoir une meilleure reconnaissance de leur savoir-faire. Les producteurs ont les mêmes préoccupations environnementales que les consommateurs.

Producteur

Le Crédit Agricole accompagne les circuits courts

Le Crédit Agricole est la première banque des agriculteurs et partenaire de toutes les agricultures : il finance et accompagne huit agriculteurs sur dix en France, de l’installation à la transmission, pour la gestion, le développement et la sécurisation de leur activité, et leur propose une gamme complète d’offres et de services sur-mesure.

Il accompagne les grandes transformations sociétales et participe notamment au développement de la vente de produits alimentaires en circuit court.

Afin de soutenir les agriculteurs en circuits courts, il a ainsi renouvelé cette année son partenariat avec le réseau Bienvenue à la ferme. La tournée Mangez fermier est l’un des exemples concrets de cet engagement. Les producteurs locaux viennent à la rencontre des citadins pour faire découvrir et déguster gratuitement leurs produits.

Pour la 2e année, Crédit Agricole a renouvelé son partenariat avec Atout France et Terre de Vins pour l’organisation des Trophées de l’Œnotourisme mettant en valeur les initiatives des domaines et coopératives viticoles dans cette activité. Pour la 1re fois en 2019 des Trophées de l’Œnotourisme régionaux ont été organisés en Provence en partenariat avec la Caisse régionale Provence Côte d’Azur. 

BAF_MVF

Un partenariat dans une logique gagnant-gagnant

8 000 fermes adhèrent au réseau Bienvenue à la ferme. 20 % proposent « Vivez à la ferme » (visite et agritourisme), 30 % « Mangez à la ferme » (vente directe de produits fermiers) et 50 % les deux prestations.

Ce partenariat entre le Crédit Agricole et Bienvenue à la Ferme repose sur plusieurs axes :

-  Une offre monétique adaptée à la vente directe, facilitant les encaissements, que ce soit sur l’exploitation ou en mobilité (marchés, événements), avec la proposition d’avantages tarifaires ;

-  Des outils pour développer l’attractivité des agriculteurs sur Internet et la présentation de leurs services, avec les packs e-vitrine et la nouvelle offre e-tourisme du Crédit Agricole. Avec une attention particulière portée aux jeunes installés ;

-  Le Crédit Agricole met également au service de Bienvenue à la Ferme son expertise en monétique pour appuyer les formations des conseillers des Chambres d’agriculture auprès des agriculteurs

-  Bienvenue à la ferme apporte l’expertise des Chambres d’agriculture en matière de conseil et d’appui aux agriculteurs en circuits courts et agritourisme aux clients du Crédit Agricole à travers des actions et outils diversifiés : guides, outils de communication clé en main, formations et conseils ;

La mise en œuvre de ce partenariat (promotion des services, communication et suivi de ces actions) s’appuie sur un maillage renforcé des réseaux Crédit Agricole et Bienvenue à la Ferme au sein des territoires

Les start-up des Villages by CA investissent les circuits courts

logo-village

Acteur du développement économique régional, le réseau des Villages by CA accompagne les start-up qui se sont lancées sur le marché des circuits courts.

Quelques exemples de start-up accompagnées :

- A2PASd’ICI (Village by CA Nord de France) : À2PASD'ICI est le 1er circuit court dédié aux professionnels de la restauration et la distribution.

- distri (Village by CA Lorraine) : L’application de référence pour les producteurs locaux

PANIER LOCAL (Village by CA Atlantique Vendée) : PANIER LOCAL est un outil de gestion en ligne pour les producteurs en circuit court. Il permet aux circuits courts de relever leurs défis commerciaux, administratifs et logistiques.

- TOUT PRÈS D’ICI (Village by CA Paris) : TOUT PRÈS D’ICI accompagne le développement, la valorisation et la commercialisation en B to B d'une offre alimentaire locale de qualité. Le business model s'appuie sur deux piliers` : une marque labellisante et une plateforme d'intermédiation commerciale.

- emerge (Village by CA Milan) : emerge est une plateforme de trading alimentaire qui met en contact les producteurs et les acheteurs via une place de marché virtuelle. Grâce à la plateforme, les producteurs peuvent présenter leurs produits à leurs clients et conclure des accords commerciaux. La présentation thématique permet aux clients de choisir le produit le plus attrayant. Aujourd’hui, Emerge compte plus de 2 000 produits de 300 producteurs.

 

Sources : Crédit Agricole S.A. – DCI/Direction de l’agriculture ; Direction des Etudes Economiques Groupe : études ECO, Xerfi, Les Echos

 

 

Dans la même chaîne thématique