Pour une meilleure expérience de navigation et bénéficier de l'ensemble des fonctionnalités de credit-agricole.com, nous vous conseillons d'utiliser le navigateur Edge.
  • Taille du texte
  • Contraste
La vision d’un monde plat*, sans frontières, avec pour locomotive la mondialisation, semble désormais révolue.

La pandémie de Covid puis la guerre en Ukraine, en grippant les rouages bien huilés de la mondialisation, sont venues révéler les failles de ce système de production en « jeu de lego » constitutif des chaînes de valeur globales. Les pénuries en tout genre, l’allongement des délais de livraison voire les ruptures d’approvisionnement, les dysfonctionnements logistiques et la congestion portuaire ont fait prendre conscience des fragilités nées d’une extrême fragmentation des processus productifs et de leur mise en réseau à l’échelle planétaire au point de s’interroger sur le futur de la mondialisation. 

Pourtant, après avoir atteint une forme d’apogée à la veille de la crise financière de 2008, le commerce international qui progressait deux fois plus vite que le PIB mondial, a nettement ralenti pour évoluer désormais à peu près au même rythme. Difficile alors de parler de démondialisation même si le ralentissement des échanges mondiaux marque la fin d’un épisode d’hyper-mondialisation caractérisé par une extension inexorable des chaînes de valeur sur fond de quête insatiable d’efficacité.

À l’heure où certains prônent une « relocalisation » du monde, il convient également de rappeler que la spécialisation productive à l’échelle mondiale a été à la fois un vecteur de développement pour tous les pays émergents qui se sont insérés progressivement dans le commerce international et également une source d’importants gains d’efficacité qui ont été redistribués sous forme de pouvoir d’achat aux ménages occidentaux.

Cependant, avec la fragmentation et la polarisation géopolitique mondiale, synonymes de montée de la conflictualité dans les relations internationales, l’Europe est en train de repenser ses relations commerciales en donnant une nouvelle priorité aux questions de sécurité à des fins de souveraineté économique. L’alerte a été donnée en 2018 lorsque l’Europe s’est retrouvée prise en otage de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, ces deux grands rivaux stratégiques qui se disputent le leadership mondial. Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, l’Union européenne paie au prix fort sa dépendance aux hydrocarbures russes ayant accepté par « cupidité », selon les mots de Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, de se mettre entièrement à la merci d’une puissance imprévisible pour accéder à une énergie bon marché, gage de sa compétitivité industrielle. 

Face à ce monde multipolaire et en tension, l’Europe plaide désormais pour une autonomie stratégique ouverte afin de continuer à tirer parti des bienfaits de l’ouverture commerciale et de la coopération internationale tout en défendant fermement ses intérêts et ses valeurs. Ce concept d’autonomie stratégique est la version moderne de la souveraineté économique avec la volonté de sécuriser les approvisionnements de biens jugés essentiels dans des secteurs clefs, là où les objectifs de sécurité priment. En pratique, il s’agit d’identifier les domaines, les technologies et les filières critiques et de mettre en cohérence les politiques industrielles, commerciales et de la concurrence pour réduire les dépendances, garantir des échanges justes et équitables, le tout en continuant d’influencer les normes et les standards internationaux avec la prise en compte d’exigences environnementales ou sociales. Si l’ouverture commerciale n’est pas remise en cause, le retour des logiques de puissance et la fragmentation accrue de l'espace mondial, où des blocs d'influence se forment, plaident en faveur d’un raccourcissement et d’une plus grande régionalisation des chaînes d'approvisionnement. Pour l’Europe, cela signifie un approfondissement du marché unique où il est question de compétition mais aussi de solidarité et un renforcement des chaînes de valeur à l’échelle européenne dans un souci de proximité et de fiabilité. À l’extérieur des frontières européennes, on parle d’une « mondialisation entre amis », avec une volonté affichée de moralisation de la mondialisation lorsque commerce rime avec respect des valeurs fondamentales de l’Occident, mais qui reste fondée sur le choix de partenaires de confiance et l’organisation des dépendances mutuelles. Concernant les relations commerciales avec les pays tiers, il s’agit désormais de trouver un nouvel équilibre entre l’objectif d’efficacité qui a présidé au développement des chaînes de valeur à l’échelle mondiale et un impératif de résilience pour prévenir les risques de rupture d’approvisionnement. Une plus grande diversification des sources d’approvisionnement, la réduction du nombre d’intervenants le long des chaînes de valeur afin de mieux les contrôler et la constitution de stocks tampons peuvent ainsi permettre de mieux protéger les échanges. Autrement dit, les questions de sécurité vont guider la réorganisation des espaces commerciaux avec des logiques de proximité et de fiabilité pour éviter les dépendances asymétriques qui peuvent être utilisées comme arme à des fins politiques.

* Thomas L. Friedman : « La terre est plate – Une brève histoire du XXIe siècle », 2006

Articles associés

Economie
Scénario macro-économique 2022-2023 – Entre le marteau et l’enclume
6 juil. 2022
Economie
Europe : une dette commune au service de sa Puissance
28 juin 2022
Economie
En Inde, le conflit révèle des faiblesses structurelles
21 juin 2022
Economie
Union européenne : après le pétrole, le gaz ? Comment faire face ?
7 juin 2022