• Taille du texte
  • Contraste
  • 25.05.2010
  • 3 min
  • 0

Crédit Agricole Cheuvreux publie ses indicateurs de marché d'avril, établis conjointement avec TAG.

Paris, le 25 mai 2010

Crédit Agricole Cheuvreux publie ses indicateurs de marché d'avril, établis conjointement avec TAG.

En Europe et aux Etats-Unis, les microstructures de marché continuent de converger, guidées par un exposition commune au trading haute fréquence.

En avril :

L'annonce de la fermeture, d'ici la fin du mois de mai, de NASDAQ-OMX Europe a constitué l'événement majeur. En dépit de sa qualité et de l'étendue de sa gamme de services, la fermeture de ce MTF – intervenant après la transaction entre le LSE et Turquoise - fournit la preuve de la difficulté à gagner et à maintenir une place parmi les opérateurs européens. S'ajoute également à cela, la déclaration de BATS qui estime avoir besoin de 10% de part de marché pour atteindre l'équilibre.

  • Cette fermeture nous rappelle également qu'il existe davantage de grands opérateurs (ayant chacun une part de marché supérieure à 5%) en Europe qu'aux Etats-Unis : il existe, en effet, sept opérateurs indépendants en Europe (NYSE Euronext, LSE Group/Turquoise, BATS, Xetra, Chi-X, SIX et NASDAQ-OMX) contre quatre aux Etats-Unis (NYSE, NASDAQ, BATS et Direct Edge). Si l'on compare ces deux marchés, il semble que l'Europe manque de "dark pools" (plus de 40 aux Etats-Unis – soit environ 10% du marché dans son ensemble – contre une petite vingtaine en Europe).
  • Néanmoins, la similarité des préoccupation des appels aux commentaires adressés aux acteurs du marché, à la fois par la SEC aux Etats-Unis et par le CESR en Europe, prouvent qu'il existe des similitudes entre ces deux marchés, ce qui est lié principalement au fait qu'ils offrent une même exposition au trading haute fréquence. En outre, NYSE Arca Europe essaye d'ouvrir la cotation de quelques valeurs américaines en Europe et Turquoise a annoncé une offre similaire. Bien que ces initiatives semblent soulever des problèmes de règlement-livraison, elles sont également la preuve que les microstructures des deux marchés sont proches et qu'elles devraient probablement continuer de converger.
  • La liquidité a réagi comme attendu à la hausse de la volatilité : la fourchette offre-demande s'est élargie, l'activité (le nombre de transactions) a augmenté et le pourcentage de présence à l'EBBO a dans l'ensemble diminué.
  • Deux tendances principales se poursuivent : d'une part, la diminution de la part de marché du LSE qui continue (d'environ 3.5%, partagé entre Chi-X et BATS), tout comme celle du SIX sur le SLI 30 (de 2.2%, partagé entre Chi-X, BATS et Turquoise), et d'autre part, l’augmentation de la part de marché de Xetra sur le DAX suite à la mise en place d'une nouvelle grille tarifaire au mois de mars (presque 2% gagnés sur Chi-X).

Cf. pièce jointe ‘Market Indicators April 2010’ pour plus de détails