• Taille du texte
  • Contraste
  • 12.05.2010
  • 3 min
  • 0

Résultats au 31 mars 2010 Groupe Crédit Agricole*

Résultats au 31 mars 2010 Groupe Crédit Agricole*
Résultat net part du Groupe : 949 millions d'euros
Ratio Tier 1 : 10,0 %

Crédit Agricole S.A.
Produit net bancaire : + 18,8 % vs T1-09 et + 13,5 % à périmètre constant
Résultat brut d'exploitation : + 53,5 % vs T1-09 et + 47,5 % à périmètre constant
Coût du risque : - 1,0 % vs T1-09
Résultat net part du Groupe : 470 millions d'euros, x 2,3 vs T1-09
Ratio Tier 1 : 9,6 % dont Core Tier 1 : 9,2 %
* Crédit Agricole S.A. et Caisses régionales à 100 %

Réuni le 12 mai 2010 sous la présidence de René Carron, le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A. a examiné les comptes du premier trimestre 2010.

Dans un environnement économique et financier marquant quelques signes d’amélioration mais toujours incertain, ils confirment la capacité de Crédit Agricole S.A. à réaliser de solides résultats récurrents : le résultat net part du Groupe s’élève à 470 millions d’euros, plus de deux fois supérieur à celui du premier trimestre 2009, conséquence d’une bonne performance opérationnelle des métiers.

Témoin de cette performance, le résultat brut d’exploitation enregistre une forte croissance, + 47,5 % à périmètre constant, alimentée par la poursuite d’une dynamique commerciale vigoureuse (produit net bancaire + 13,5 %), et par une quasi-stabilité des charges d’exploitation (+ 1,2 %). Elle bénéficie également de la stabilisation (- 1,0 %) du montant global du coût du risque.

Tous les métiers à revenus récurrents témoignent de ce dynamisme commercial : en banque de proximité en France, les Caisses régionales enregistrent une hausse sensible tant de la collecte (+ 7,2 %) que des encours de crédit (+ 3,2 %) et une forte croissance du produit net bancaire clientèle (+ 8,3 %) ; chez LCL, les ouvertures nettes de comptes ont dépassé 43 000 unités (+ 27 % par rapport au premier trimestre 2009), les dépôts à vue affichent une hausse de + 13,6 % et les encours de crédit à l’habitat progressent de près de 6 %. Le Groupe conforte ainsi sa place de premier financier de l'économie française. En Banque de détail à l’international, le produit net bancaire est en hausse (+ 4,8 %) malgré la détérioration de la situation économique dans certains pays d’implantation.

Dans les Services financiers spécialisés, les revenus progressent de 15,3 % par rapport au premier trimestre 2009. Le pôle Gestion d’actifs, assurances et banque privée enregistre un niveau élevé d’activité, renforcé par la création d’Amundi et la prise de contrôle de Caceis : le produit net bancaire augmente de 54,1 % (24,1 % à périmètre comparable), accompagnant une collecte de 14,6 milliards d’euros pour l’ensemble du pôle, quasiment doublée par rapport au premier trimestre 2009.

Les activités pérennes de la Banque de financement et d’investissement enregistrent une baisse (- 8,6 %) de leurs revenus par rapport au premier trimestre 2009 qui constitue une référence exceptionnellement élevée, mais sont en hausse de + 20,3 % par rapport au quatrième trimestre 2009, reflétant les solides positions de CA-CIB dans les financements structurés notamment.

Après deux exercices marqués par les conséquences de la crise financière, l’ensemble du pôle Banque de financement et d’investissement dégage un résultat net part du Groupe de 157 millions d’euros au premier trimestre : le résultat des activités pérennes (+ 379 millions d’euros) compense très largement le coût des activités en cours d’arrêt qui, comme prévu, continue à baisser malgré le durcissement des hypothèses de pertes finales et de recouvrement retenues par Crédit Agricole S.A.

Dans le contexte macro-économique dégradé que connaît la Grèce, la filiale Emporiki améliore son résultat brut d’exploitation, porté à 46 millions d’euros. La mise en œuvre du plan de restructuration présenté à l’automne dernier en est à l’origine, avec des charges d’exploitation en baisse (- 5,7 %) alors que les revenus enregistrent une forte hausse (25,1 %) liée à l’amélioration des marges et à la confiance de la clientèle locale, deux conséquences de l’adossement d’Emporiki à Crédit Agricole S.A. Cependant, pour tenir compte du contexte macroéconomique sur l'ensemble des composants du portefeuille de crédits, un montant de provisions significatif a été comptabilisé au premier trimestre, alors même que le coût du risque est faible sur les nouvelles générations de prêts octroyés selon les procédures en place depuis plus d’un an.

Par ailleurs, les comptes du premier trimestre ont enregistré la moins-value de cession de la participation de 0,8 % dans Intesa Sanpaolo, cession intervenue fin février, en application des engagements pris.

Au total, le résultat net part du Groupe du premier trimestre de Crédit Agricole S.A. s’élève à 470 millions d’euros. Hors impact des activités en cours d’arrêt de la BFI et de la moins-value réalisée sur la participation dans Intesa Sanpaolo, le résultat trimestriel récurrent s’établit à environ 850 millions d’euros. Ce niveau reflète davantage la nature de la performance de l’ensemble des métiers du Groupe.

Dans la même chaîne thématique