• Taille du texte
  • Contraste

Chiffres clés

Chiffres clés

  

Grâce à son modèle de banque universelle de proximité – l’association étroite de ses banques de proximité avec ses métiers spécialisés –, réaffirmé par sa nouvelle signature “Toute une banque pour vous”, le Crédit Agricole accompagne ses clients dans tous leurs projets personnels et professionnels en leur proposant une large gamme de services : banque au quotidien, crédits, épargne, assurances, Gestion d’actifs, immobilier, crédit-bail, affacturage, banque de  financement et d’investissement, services aux émetteurs et aux investisseurs.

Au service de 52 millions de clients dans le monde, il se distingue également par son modèle distributif, la Banque multicanale de proximité, et la mobilisation de ses 138 000 collaborateurs qui font du Crédit Agricole la Banque de la relation client. Fort de ses fondements coopératifs et mutualistes, portés par ses 9,3 millions de Sociétaires et près de 31 000 administrateurs de Caisses locales et régionales, le Crédit Agricole dispose d’un modèle d’organisation qui lui assure stabilité et pérennité. Il puise également sa force dans ses valeurs de transparence, proximité, responsabilité et ouverture sur le monde et les territoires, qu’il cultive depuis 120 ans.

La politique de responsabilité sociale d’entreprise du Crédit Agricole est au coeur de son identité de banque utile et loyale dans la durée. Elle s’intègre à son offre et irrigue tous ses métiers. Elle est un facteur clé de performance globale et un puissant vecteur d’innovation. Ainsi, le groupe Crédit Agricole renforce année après année ses positions de leader. Il est le premier financeur de l’économie française et le premier assureur en France. Il est également le premier bancassureur en Europe, le premier gestionnaire d’actifs européen et le deuxième acteur mondial en financements verts.

  

Activité synthétique de l'année 2016

 

Les données du compte de résultat 2015 sont présentées pro forma : transfert de CACEIS du pôle Gestion de l’épargne et assurances au pôle Grandes clientèles, transfert du Switch Assurances du pôle Activités hors métiers au métier Assurances et passage de la contribution des Caisses régionales en IFRS 5 (enregistrée en “Résultat des activités arrêtées ou en cours de cession”). Au sein de Crédit Agricole S.A., le terme “Banque de proximité” couvre LCL et la Banque de proximité à l’international.

En 2016, le résultat net part du Groupe de Crédit Agricole S.A. publié atteint 3 541 millions d’euros. Outre les éléments comptables usuels que sont le spread émetteur (- 85 millions d’euros d’impact sur le résultat net part du Groupe), le DVA courant (- 25 millions d’euros) et les couvertures de prêts (- 16 millions d’euros), des éléments spécifiques significatifs ont impacté l’exercice 2016 :

  • les impacts non récurrents liés à l’opération de simplification de la structure du Groupe appelée “Eurêka” : le résultat de cession de 1 254 millions d’euros (net de frais liés à la transaction et après impôt) et les dividendes des Caisses régionales enregistrés dans le pôle AHM en 2016 pour un montant de 285 millions d’euros ;
  • les charges liées aux ajustements des coûts de refinancement chez Crédit Agricole S.A. et chez LCL, soit respectivement - 448 millions d’euros (au premier trimestre 2016) et - 187 millions d’euros (au troisième trimestre) après impôt;
  • la plus-value réalisée au deuxième trimestre sur la cession de titres VISA pour 327 millions d’euros ;
  • les provisions comptabilisées pour l’adaptation des réseaux de LCL et du Groupe Cariparma, respectivement - 26 millions d’euros (au troisième trimestre) et - 25 millions (au quatrième trimestre) en résultat net part du Groupe ;
  • une dépréciation de l’écart d’acquisition comptabilisée sur le groupe LCL, expliquée dans le communiqué de presse publié le 20 janvier dernier, soit un impact pour le groupe Crédit Agricole S.A. de - 491 millions d’euros non déductible fiscalement ;
  • une charge d’ajustement des impôts différés, pour - 160 millions d’euros (impact en résultat net part du Groupe) : la loi de finance 2017 prévoit une baisse du taux normal d’impôt sur les sociétés en France de 34,4 % à 28,9 % à partir de 2020, ce qui contraint dès l’exercice 2016 à une réévaluation au nouveau taux des actifs et passifs d’impôts différés dont l’échéance est en 2020 ou après.

Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous jacent atteint 3 137 millions d’euros en 2016, en hausse de + 22,8 % par rapport à 2015.

À fin septembre 2016, la solvabilité de Crédit Agricole S.A. s’est renforcée : le ratio Common Equity Tier 1 non phasé s’établit à 12,1 %, soit + 140 points de base par rapport à fin décembre 2015, et + 10 points de base par rapport à fin septembre 2016. L’amélioration en 2016 s’explique notamment par l’intégration dans le calcul du résultat net part du Groupe de l’année hors Eurêka, après ajustements prudentiels, soit + 85 points de base, l’opération Eurêka pour + 72 points de base, l’augmentation de capital réservée aux salariés pour + 8 points de base et, en contrepartie et la variation des réserves de plus-values latentes sur les actifs financiers disponibles à la vente (+ 3 points de base) et en
contrepartie la distribution du dividende et des coupons AT1 (- 61 points de base). Les encours pondérés sont restés stables sur le trimestre à 301 milliards d’euros. Le ratio global phasé s’élève à 20,1 % au 31 décembre 2016, soit
+ 80 points de base par rapport à fin 2015. Enfin, le ratio de levier phasé de Crédit Agricole S.A. s’établit à 5,0 % (1) à fin décembre 2016 selon l’Acte Délégué adopté par la Commission européenne.

Le ratio LCR de Crédit Agricole S.A., reste supérieur à 110 % à fin décembre 2016. Au 31 décembre 2016, Crédit Agricole S.A. a réalisé à hauteur de 108 % son programme de 14 milliards d’euros de financement moyen-long terme sur les marchés (dette senior et subordonnée). Il a levé 12,2 milliards d’équivalent euros de dette senior préférée et 2,9 milliards d’équivalent euros de dette subordonnée et senior non préférée.

(1) Selon l’Acte Délégué en vigueur. Sous réserve d’autorisation de la BCE, hypothèse d’exonération des opérations intragroupe pour Crédit Agricole S.A. (avec un impact de + 130 points de base) et de non exonération des expositions liées à la centralisation des dépôts CDC, conformément à notre compréhension d’informations obtenues de la BCE.

Dans la même chaîne thématique