• Taille du texte
  • Contraste

La retraite : modalités, trimestres, âge de départ, montant

Un projet de loi instituant un système universel de retraite a été présenté début 2020. Objectif : proposer un cadre commun à tous les Français en mettant fin aux 42 régimes existants, notamment les régimes spéciaux, au profit d’un système universel en répartition qui fonctionnera avec un système de points.
En raison notamment de la crise sanitaire de la Covid-19, le projet a été reporté à une date ultérieure.
Retour et explications sur le système actuellement en place.

La retraite : modalités, âge de départ, montant

Qu'est-ce qu'un trimestre ?

Vous entendez souvent « il me faut x trimestres pour pouvoir partir à la retraite »… mais qu’est-ce qu’un trimestre ?
En fait, le trimestre est l’unité de calcul de la durée d’assurance utilisée dans la plupart des régimes de retraite de base. C’est ce qui vous permettra de savoir entre autres, la date à laquelle vous pourrez partir à la retraite.
Il existe deux types de trimestre :

  • Les trimestres cotisés, qui correspondent à des périodes de travail effectif et qui ont donc donné lieu à des cotisations.
  • Et les trimestres assimilés obtenus lors de périodes d’interruption involontaire d’activité professionnelle tel que le congé maternité, la maladie, le service miliaire, l’invalidité ou les périodes de chômage. Ces trimestres comptent, au même titre que les trimestres cotisés, pour la détermination du taux de retraite et de la durée d’assurance utilisée (nombre de trimestres) dans le calcul de votre pension.

La somme des trimestres cotisés et des trimestres assimilés vous donne le nombre de trimestres validés pour la retraite.

Calcul et validation d’un trimestre

Mais alors, comment obtient-on un trimestre ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la validation d'un trimestre dépend des revenus qu’on perçoit sur une période donnée et non du nombre d’heures travaillées. Ce qui signifie que vous pouvez valider 1 trimestre sans pour autant travailler pendant 3 mois. Tout dépendra du montant de votre salaire.

Combien doit-on gagner dans ce cas ?

Pour valider 1 trimestre, il faut percevoir dans l’année 150 fois le Smic horaire brut. Par exemple, pour 2020, avec un smic horaire brut* de 10,15€, vous validerez :

  • 1 trimestre si vous avez perçu 1 522,50€ (10,15€ x 150) sur l’année,
  • 2 trimestres si vous avez perçu 3 045€
  • 3 trimestres si vous avez perçu 4 567,50€
  • 4 trimestres si vous avez perçu 6 090€

A noter toutefois que vous ne pourrez cumuler plus de 4 trimestres par an.
* Le montant du SMIC horaire brut est revalorisé chaque année.

Cas du chômage partiel dû à la Covid-19

A titre exceptionnel, les périodes de chômage partiel dues à la Covid-19 qui interviennent de mars 2020 à décembre 2020 sont prises en compte pour l'ouverture du droit à pension. Cela vaut pour les pensions de retraite qui prennent effet à partir du 12 mars 2020.

Trimestres de majoration pour les enfants

Pour les salariés dans le privé : il existe 3 majorations pour les enfants

  • La majoration maternité, qui permet de bénéficier d’une majoration de 4 trimestres par enfant né.
    Pour les enfants nés avant 2010, cette majoration est automatiquement attribuée à la mère. Pour les enfants nés après 2010, cette majoration peut être répartie librement entre les deux parents, à condition d’en avoir fait la demande dans les 6 mois suivant le 4e anniversaire de la naissance ou de l'adoption.
  • La majoration pour adoption : tout comme la majoration maternité, elle permet de bénéficier d’une majoration de 4 trimestres par enfant adopté.
  • Et la majoration d'éducation : 4 trimestres supplémentaires sont accordés à la mère. Pour les enfants nés après 2010, cette majoration peut être répartie librement entre les deux parents. Là encore, il faut en avoir fait la demande dans les 6 mois suivant le 4e anniversaire de la naissance ou de l'adoption.

Pour résumer, vous pourrez obtenir au total 8 trimestres par enfant au titre de la maternité et de l'éducation.

Nombre de trimestres pour partir à la retraite

L'âge légal de départ à la retraite est fixé entre 60 et 62 ans, mais pour partir avec une retraite à taux plein, il vous faudra avoir cotisé un certain nombre de trimestres, défini en fonction de votre année de naissance.
Ainsi, si vous êtes né en 1979, vous pourrez partir à la retraite à 62 ans avec un taux plein si vous avez cumulé 172 trimestres.
Si vous décidez de partir avant ou si vous n’avez pas acquis les 172 trimestres, votre retraite sera alors minorée par une décote.

A noter que l'âge d'attribution automatique du taux plein est fixé entre 65 et 67 ans (selon votre année de naissance).
Ainsi, si vous êtes né en 1955 et que vous avez 67 ans, vous toucherez votre retraite complète, même si vous n’avez pas cotisé le nombre de trimestres nécessaires, soit 166 trimestres dans notre exemple.

 

 

Départ anticipé (salarié du secteur privé)

Il existe plusieurs cas qui vous permettent de partir à la retraite par anticipation. C’est le cas si vous avez une carrière longue, un handicap ou une carrière dite pénible.

Retraite anticipée pour carrière longue

Sachez que vous avez la possibilité de partir à la retraite avant l’âge légal, quel que soit votre régime de base. Pour cela, il faut que vous ayez commencé à travailler avant 20 ans, et que vous ayez déjà acquis un certain nombre de trimestres entre vos 16 ans et vos 20 ans.

Pour les personnes nées à partir du 1er janvier 1960, vous pourrez partir :

  • à 58 ans à condition d'avoir commencé à travailler avant 16 ans et de pouvoir justifier de 8 trimestres cotisés de plus que la durée d'assurance requise pour le taux plein (cf colonne verte du tableau).

Exemple : si vous êtes né en 1980, vous pourrez partir à 58 ans si vous avez cotisé 180 trimestres dont 5 trimestres à la fin de l'année des 16 ans (si vous êtes né entre janvier et septembre) ou 4 trimestres à la fin de l'année des 16 ans (si vous êtes né entre octobre et décembre)

  • à 60 ans, si vous avez commencé à travailler avant 20 ans et pouvez justifier d'un nombre de trimestres cotisés égal à la durée d'assurance requise.

Exemple : si vous êtes né en 1980, vous pourrez partir à 60 ans si vous avez cotisé 172 trimestres dont 5 trimestres à la fin de l'année des 20 ans (si vous êtes né entre janvier et septembre) ou 4 trimestres à la fin de l'année des 20 ans (si vous êtes né entre octobre et décembre)

Départ anticipé pour handicap

Si vous êtes atteint d’une incapacité permanente d’au moins 50% reconnue par la MDPH, la maison départementale des personnes handicapées, vous avez la possibilité de partir en retraite anticipée avant 62 ans, en justifiant d’un minimum de trimestres.
Plus d’infos : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16337

Départ anticipé pour carrière pénible

Vous pouvez également bénéficier d’un départ anticipé dans le cas où vous auriez :

  • une incapacité permanente d’origine professionnelles d'au moins 20% liée à la pénibilité de votre travail ou d'au moins 10% (sous certaines conditions) ;
  • ou si votre travail présente des caractères de pénibilité (travail de nuit, environnement physique agressif – bruit, température), vous cumulez des points chaque année sur un compte professionnel de prévention (C2P).

Majoration de la pension de retraite de base

Vous pouvez obtenir une majoration de votre retraite, aussi appelé surcote, si vous décidez de continuer à travailler au-delà de l’âge légal de départ (62 ans si vous êtes né(e) à partir de 1955), et ce, bien que vous ayez acquis tous les trimestres pour obtenir le taux plein.
Cette surcote est valable jusqu’à votre décès et son montant varie en fonction du régime dont vous dépendez.
Si vous êtes salarié, chaque trimestre supplémentaire effectué vous donne droit à une surcote de 1,25 % par trimestre entier, soit 5 % par an. A noter que seuls les trimestres cotisés peuvent ouvrir droit à une surcote.

=> Exemple de calcul du montant de la retraite après majoration :
Mme Henry est né en 1955 et a cotisé 170 trimestres, soit 4 trimestres de plus que la durée d’assurance requise. Sa retraite de base est de 25 000 euros par an.

Calcul de la surcote en fonction du salaire : Coefficient de majoration x nombre de trimestres supplémentaires x retraite de base annuelle

1,25 % x 4 x 25 000 = 1 250 €

Mme Henry touchera donc 25 000 € + 1 250 € soit 26 250€
Attention, ceci est valable si vous êtes salarié du secteur privé. Si vous êtes de profession libérale, la surcote est de 0,75%. En revanche, les trimestres assimilés sont pris en compte. Ce qui n’est pas le cas pour les salariés du secteur privé pour lesquels seuls les trimestres cotisés sont pris en compte.

Montant de la retraite

La retraite est composée :

  • D’une retraite de base (régime obligatoire), versée par la sécurité sociale ou par la MSA pour ceux relevant du régime agricole.
  • D’une retraite complémentaire (régime obligatoire)
  • Et de(s) régime(s) supplémentaire(s) (régime(s) facultatif(s))

 

Montant de la retraite = retraite de base + retraite complémentaire + régime supplémentaire.

La retraite de base (obligatoire)

Le montant de la retraite de base des salariés correspond à 50% du salaire annuel moyen (dans la limite du PASS – 41 136 € en 2020) établi à partir des 25 meilleurs salaires annuels revalorisés selon l'inflation.

La retraite complémentaire (obligatoire)

Les cotisations versées par l'employeur à l'Arrco et l'Agirc sont transformées chaque année en points de retraite.
Ces points sont ensuite multipliés par la valeur du point au moment du départ en retraite (1,2714 € en 2020) et donne le montant annuel brut de votre retraite complémentaire.

Retraite supplémentaire (facultative)

Il existe plusieurs types de retraite supplémentaire (à cotisations définies – type PER ou à prestations définies – type Article 39) qui permettent aux salariés de se constituer une épargne retraite additionnelle.

 

Pour aller plus loin :
Lire le dossier : La réforme de l’Epargne Retraite : zoom sur le Plan d'Épargne Retraite (PER)

Demander sa retraite

La retraite est un moment important. Il est important de bien conserver en amont tous vos documents (bulletins de salaire, relevés d’épargne retraite…).
Au moment de la retraite, n’hésitez pas à tout vérifier : les trimestres de majoration pour enfants, les trimestres de service national, les jobs d’étudiants…
Attention, la retraite n’est pas attribuée automatiquement. Vous devez vous y prendre en amont, il est conseillé de s'y prendre 4 à 6 mois avant la date de départ souhaitée. Il vous faudra alors contacter votre caisse de retraite de base et complémentaires et prévenir votre employeur par lettre recommandée avec AR.
Les demandes peuvent être effectuées par courrier ou en ligne.

CNAV : https://www.mademandederetraitenligne.fr/
MSA : https://www.msa.fr/lfy/formulaires/retraite

A savoir : Sur votre dernier bulletin de paie, vous percevrez, en plus de votre salaire, votre solde de tout compte et votre prime de départ en retraite.
Si vous devez partir à la retraite en fin d’année, peut-être est-il bon de décaler votre départ au 1er février. Cela permettra de décaler ce dernier revenu sur une année où vos revenus seront inférieurs à ceux que vous aviez lorsque vous étiez en activité.

Ces dossiers pourraient également vous intéresser :

Dans la même chaîne thématique